Menace terroriste : la SNCF accuse une perte nette de 300 millions d'euros

Des policiers en faction à Gare du Nord © Yves Herman Source: Reuters
Des policiers en faction à Gare du Nord

10% : c'est la baisse de fréquentation subie par la SNCF en 2016 dans le contexte des attaques terroristes de ces deux dernières années. Selon France Info, les pertes financières toucheraient surtout les lignes reliant les pays voisins.

La compagnie ferroviaire accuse une perte de 300 millions d'euros pour l'année 2016, soit 30% de plus que ce qui avait été prévu par le groupe, selon France Info.

Lire aussi : Tourisme : Jean-Marc Ayrault annonce une chute de 7% des visiteurs depuis janvier

Attentat avorté du Thalys en août 2015, attaques du 13 novembre, prêtre égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray, attentat de Nice... Ces deux dernières années ont été si rythmées par les attaques djihadistes, que le tourisme - et donc l'activité de la SNCF - ne pouvaient qu'en souffrir.

Sont d'abord touchées les lignes ferroviaires reliant la France à ses voisins européens telles que l'Eurostar (Royaume-Uni), le Thello (Italie), ou encore le Thalys (Belgique, Allemagne, Pays-Bas). La chute de fréquentation est estimée à 10%.

La dette de la SNCF atteignait 44 milliards d'euros fin 2014, dont 37 milliards uniquement pour SNCF Réseau. Si cette malheureuse tendance se confirme, les 50 milliards d'euros de dette devraient être atteints en 2020.

Lire aussi : Attaque de Kim Kardashian à Paris : comment faire revenir les touristes en France ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales