George Soros : après le Brexit, la désintégration de l’UE est «pratiquement irréversible»

Source: Reuters

Le célèbre financier américain George Soros appelle à une reconstruction complète de l'Union européenne, afin de la sauver car d’après lui, la décision des Britanniques d’en sortir pourrait mener à sa désintégration «irréversible».

Le 25 juin, George Soros a écrit sur le site internet Project Syndicate que le Brexit aggraverait non seulement la situation économique en Europe mais aussi au Royaume-Uni car les conséquences pour l'économie réelle seraient comparables à la crise financière de 2007-2008.

«Désormais, le scénario catastrophe que beaucoup redoutaient s'est concrétisé, rendant la désintégration de l'UE pratiquement irréversible. Les marchés financiers du monde entier vont sans doute rester dans la zone de remous le temps que se négocie le long et complexe processus de divorce politique et économique d'avec l'UE», a-t-il précisé en ajoutant que l'UE était en panne et ne répondait plus aux besoins ni aux aspirations de ses habitants. 

Néanmoins, le financier américain a appelé à la reconstruire complètement.

«Après le Brexit, nous tous qui croyons aux valeurs et aux principes que l'UE est censée porter devons nous unir pour la sauver, en la reconstruisant complètement», a-t-il écrit.

Lire aussi : Brexit : en cas de sortie du Royaume-Uni, George Soros prédit l'apocalypse économique mondiale

De plus, il a déclaré être sûr que les Européens soutiendraient son idée de reconstruction car «les conséquences du Brexit se manifesteront dans les semaines et les mois à venir».

«En quittant l'UE, la Grande-Bretagne se retrouvera peut-être au bout du compte, sans que cela soit sûr, plutôt dans une meilleure situation que d'autres pays ; mais son économie et ses habitants vont beaucoup souffrir, à court et moyen terme», a-t-il conclu. 

Le 23 juin, 17 410 742 des Britanniques ont voté pour la sortie de l’Union européenne, 16 141 241 contre. Selon les chiffres officiels, le taux de participation s'est élevé à 72,2% de la population britannique. Pourtant, nombreux sont ceux, dont la plupart sont de jeunes Britanniques, qui ne sont pas d’accord avec la décision de quitter l’UE. Des centaines d’entre eux descendent dans les rues pour exprimer leur mécontentement. Vu que tout au long de la journée du vote et jusqu’à la dernière minute, le «Remain» ou le «Leave» sont restés plus ou moins à égalité dans les sondages, certains réclament un nouveau référendum. La pétition de William Oliver Healey a même recueilli plus de 2,7 millions de signatures en seulement 48 heures.   

Lire aussi : 2,7 millions de personnes signent la pétition qui réclame un nouveau référendum sur le Brexit

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales