Brexit : en cas de sortie du Royaume-Uni, George Soros prédit l'apocalypse économique mondiale

Source: Reuters

Le milliardaire aura prévenu : en cas de succès du Brexit lors du référendum de jeudi, la livre sterling pourrait dévisser face aux autres devises mondiales. Et, selon lui, une telle issue rendrait les «Anglais plus pauvres».

«Trop de gens pensent que si le oui l'emporte, cela n'aura aucun effet sur leur situation financière. Mais c'est naïf. Si le Royaume-Uni quitte l'UE, cela aura un effet immédiat pour chaque foyer anglais : la valeur de la livre baissera de façon vertigineuse. Sans compter l'impact dramatique sur les marchés financiers, l'investissement, les prix à la consommation et les emplois», prévient George Soros, fervent soutien de l'Union européenne et des valeurs mondialistes. Valeurs qu'il promeut par le biais de sa fondation transnationale Open Society qui intervient dans la vie économique et politique de plus d'une centaine de pays en collaboration avec une multitude d'ONG américaines, notamment en encourageant les révolutions colorées et la promotion de la «démocratie de marché».

Pour influencer le vote de ce jeudi, le milliardaire n'hésite pas à jouer sur les peurs et dessine de sombres perspectives : «La livre chutera forcément et de façon dramatique si le "leave" l'emporte. La dévaluation sera bien plus importante et chaotique qu'en 1992», ajoute l'homme qui a fondé sa réputation – et une partie de sa fortune – en spéculant avec succès contre la livre sterling une première fois en 1992. Soros avait alors mis sur la table quelque 10 milliards de livres, un montant astronomique pour un particulier, pour faire plier la Banque d'Angleterre elle-même. A court de munitions pour soutenir le taux de change de sa monnaie, la Grande-Bretagne avait dû capituler et sortir du cadre du SME, le système monétaire européen dont le but était de tenir les différentes monnaies européennes dans un couloir de parité. Et les spéculateurs qui avaient parié sur la chute de la livre avaient empoché de gros gains.

Pour certains économistes, une dévaluation a au contraire des effets économiques positifs

Si les acteurs des marchés financiers écoutent avec attention les prédictions de George Soros en raison de ses prises de positions spéculatives passées, en matière de politique et d'analyse macroéconomique, la vision du milliardaire ne cadre pas forcément avec l'analyse de certains économistes. En effet, selon des spécialistes comme Jacques Sapir, qui prône la sortie de l'Euro pour la France, et qui effectue un travail bien plus statistique et mathématique que spéculatif, les dévaluations ont pour effet de relancer les économies nationales. Si les importations deviennent certes plus chères, cela n'impacte pas les habitants d'un pays qui continuent d'échanger entre eux des biens et des services locaux en monnaie nationale, et ce dans les limites géographiques du pays. Une dépréciation permet de rééquilibrer la balance des paiements en modérant les importations en raison de leur coût, et de doper les exportations sans affecter le patrimoine des nationaux. 

En clair, un Anglais qui vendrait sa maison de 300 000 livres à son voisin également anglais avant le Brexit, vendrait toujours sa maison 300 000 livres après le Brexit. Dans une économie développée, Jacques Sapir estime chiffres à l'appui qu'il existe une certaine «élasticité des importations et des exportations» à une dépréciation monétaire. Une dévaluation ne pose donc de problèmes qu'aux importateurs, qui doivent payer avec une monnaie plus faible, et aux spéculateurs qui auraient fait un mauvais pari. 

D'autre part, le Royaume Uni ne fait pas partie de l'Euro. Le pays n'a pas renoncé à avoir une monnaie nationale et a conservé une politique monétaire indépendante qui échappe au contrôle la Banque centrale européenne. Contrairement, par exemple, à la France qui ne maîtrise ni sa politique budgétaire ni sa politique monétaire. Et bien que n'ayant pas rejoint la zone Euro, l'économie britannique se porte bien et la City est florissante.

Pour l'heure la perspective de l'apocalypse redoutée par Soros semble s'éloigner : sur les marchés financiers, la livre a repris des couleurs après l'assassinat de la députée Jo Cox et la remontée du «non» au Brexit qui s'est ensuivie dans les sondages. La monnaie a ainsi connu sa plus forte hausse sur les marchés monétaires depuis huit ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales