Le pèlerinage serait-il plus rentable que le pétrole pour l'Arabie saoudite ?

Source: Reuters

L’Arabie saoudite a décidé de diversifier son économie en orientant sa stratégie vers l’expansion de ses services de pèlerinage à La Mecque pour diminuer les pertes liées à la chute des revenus du pétrole, eplique le journal saoudien Saudi Gazette.

Alors que l’Arabie saoudite subit de plein fouet l'effondrement des prix du pétrole, le comité national du tourisme a exprimé la nécessité de restructurer le secteur du pèlerinage afin qu’il devienne une branche importante de l’économie du pays.

Le pèlerinage constitue en effet la deuxième source de revenus de l’Arabie saoudite, après l’industrie pétrolière. Chaque année, pendant les périodes saintes de l’Hajj et de l'Omra, près de deux millions de pèlerins venus du monde entier se recueillent à La Mecque. Ces chiffres pourraient atteindre jusqu’à 2,7 millions de croyants en 2020.

Selon les experts, l’arrivée des pèlerins renforcerait l'activité touristique du pays, en créant notamment de nombreux emplois, ce qui permettrait ainsi relancer la croissance économique saoudienne.

Le tourisme rapporte chaque année plus de 20 milliards de dollars à l'Arabie saoudite, dont 12 milliards pour les seuls Hajj et Omra. Pour l’économiste, Abdullah Katib, le revenu annuel des fêtes de l’Hajj varie entre 5,3 et 6,1 milliards de dollars, en fonction du nombre de pèlerins qui font le déplacement.

«Environ 40% de ce revenu est généré par les dépenses de logement, 15% par les présents, 10% par l'achat de nourriture et le reste, par d’autres services», explique Abdullah Katib.

Avec un déficit budgétaire de près de 100 milliards de dollars en 2015, lié à l’effondrement du prix du pétrole, l’Arabie saoudite cherche à tout prix à relancer sa croissance en diversifiant son économie.

Alors que jusqu’à présent les revenus de pétrole représentaient 80% des recettes totales du pays, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l’Arabie saoudite devait cesser de se reposer sur l’argent que l’or noir a longtemps fait couler à flot dans ses banques.

Lire aussi : La Russie et l'Arabie saoudite s’accordent pour geler le niveau de production de pétrole

Dans un effort d’équilibre du budget, le gouvernement saoudien a déjà réduit plusieurs de ses dépenses, vendu des obligations d’Etat, et tapé dans ses réserves de change pour compenser l’impact négatif de la chute du prix du pétrole sur l’économie. Les réserves de l’Arabie saoudite ont chuté de 737 milliards de dollars en 2014 à 640 milliards de dollars.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales