Berlin et Paris appellent à la création d’un ministère des Finances conjoint de la zone euro

Source: Reuters

La zone euro a besoin d’une réforme structurelle et d’une plus grande intégration, par exemple grâce à la création d’un ministère conjoint des Finances, ont indiqué les chefs des banques centrales allemande et française.

Dans un article du quotidien allemand Sueddeutsche Zeitung, les responsables ont déclaré que l’état actuel de la zone euro était loin d’être satisfaisant et que l’intégration de l’Union européenne était à la croisée des chemins. La Banque centrale européenne n’est pas en position de créer une croissance à long terme pour un bloc de 19 pays, d’après les patrons des deux banques centrales.

«Bien que la politique monétaire a beaucoup fait pour l’économie de la zone euro, cela ne peut contribuer à créer une croissance économique durable», ont estimé le président de la Banque fédérale d'Allemagne Jens Weidmann et François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

Selon eux, la création d’un ministère commun avec un conseil budgétaire indépendant et la formation d’un organe politique plus fort pourrait aider à surmonter la crise européenne de la dette.

«Une intégration plus forte apparaît être la voie évidente pour restaurer la confiance dans la zone euro, cela favorisera le développement de stratégies conjointes pour les finances publiques et les réformes, et aussi promouvoir la croissance», lit-on dans la déclaration des banquiers.

L’idée portant sur un ministère des Finances conjoint de la zone euro avait déjà été proposée en 2011 par le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, qui a noté qu’un tel organe pourrait imposer de la discipline sur des pays qui ont échoué à tenir leurs finances publiques en bon ordre et surveiller leurs réformes économiques.

Lire aussi : Le sabotage involontaire du marché par le Financial Times

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales