Après la fermeture des bourses chinoises, le marché européen subit lui aussi des pertes massives

Du côté de Shangai, les investisseurs sont inquiets.© China Stringer Source: Reuters
Du côté de Shangai, les investisseurs sont inquiets.

Sur les marchés du Vieux Continent, des baisses se sont fait ressentir après qu'une chute vertigineuse ait entraîné le déclenchement d'un mécanisme d'urgence en Chine, pour la deuxième fois en une semaine.

Les deux principales bourses chinoises, Shanghai et Shenzhen, seront restées ouvertes moins de 30 minutes ce jeudi 7 janvier. Vers 10 heures, heure locale, un mécanisme s'est automatiquement enclenché après que l'indice composite de Shanghai se soit effondré de 7,32% (245,95 points). La bourse de Shenzhen avait, elle, chuté de 8,35% (178,08 points).

Ce mécanisme «disjoncteur» suspend les échanges pour toute la journée lorsque l'indice CSI300, qui englobe notamment des poids lourds économiques du pétrole ou de la banque, perd ou gagne 7%. Il s’agit de la deuxième fois cette semaine qu’un tel mécanisme s’active dans les deux bourses chinoises.

Lire aussi : La Chine poursuit ses pertes au cours d'une séance de bourse volatile

Le cours de référence de la monnaie nationale par rapport au dollar a quant à lui été abaissé de 0,51% par les autorités et atteint ainsi son taux le plus bas depuis mars 2011. Il s’agit de la sorte de rendre les exportations chinoises plus compétitives sur le marché international, mais les importations sont en revanche rendues plus chères.

Selon la Banque populaire de Chine, le chiffre de la croissance pour 2015 devrait être de 6,9%, soit son niveau le plus bas depuis 25 ans.

Suite au plongeon des bourses chinoises, les marchés européens ont eux aussi ouvert en baisse. A Paris, l'indice CAC40 a ainsi chuté de 3% ce jeudi 7 janvier. Le Dax allemand a également perdu 3% à Francfort, alors que la bourse de Londres s'ouvrait sur une baisse de 1,93%. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales