Fuites sur Nord Stream : le Kremlin juge «stupide et absurde» d’accuser la Russie

- Avec AFP

Fuites sur Nord Stream : le Kremlin juge «stupide et absurde» d’accuser la Russie© Images fournies par l'Etat major des forces danoises via Associated Presse Source: AP
Une importante perturbation de la mer peut être observée au large de l'île danoise de Bornholm mardi 27 septembre 2022.
Suivez RT France surTelegram

Depuis la découverte au large du Danemark d’importantes fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 plusieurs dirigeants européens dénoncent un sabotage. Le porte parole du Kremlin a balayé les insinuations visant la Russie.

Lors d’un point presse où il était interrogé sur les récentes fuites affectant les deux gazoducs sous-marins Nord Stream 1 et Nord Stream 2 le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré ce 28 septembre qu’il était «assez prévisible» que certains mettent la Russie en cause. «Prévisible, stupide et absurde», a-t-il ajouté, expliquant que les fuites touchant Nord Stream 1 et 2 étaient «problématiques» pour la Russie, car le gaz russe qui s'en échappe «coûte très cher». 

A ce titre, la Russie va demander une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. «La Russie a l'intention de convoquer une réunion officielle du Conseil de sécurité de l'ONU dans le cadre des provocations concernant les gazoducs Nord Stream 1 et 2», a affirmé sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Peu de temps auparavant, dans un communiqué de presse cité par l’AFP, le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères Josep Borrell avait ainsi déclaré : «Toutes les informations disponibles indiquent que ces fuites sont le résultat d'un acte délibéré.» Il s’était également fait menaçant en ajoutant : «Toute perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes est totalement inacceptable et fera l'objet d'une réponse solide et unie.» 

Ces fuites dans les gazoducs ont été repérées le 27 septembre au large de l'île danoise de Bornholm en mer Baltique. Le Premier ministre danois, Mette Frederiksen, a immédiatement réagi et déclaré que les autorités avaient la conviction qu’il s’agissait  «d'actions délibérées et non d'accidents». 

Elle a cependant ajouté qu'il n’existait aucune information indiquant «qui pourrait être derrière cela». Mette Frederiksen a rejeté la suggestion selon laquelle l'incident était une attaque contre le Danemark, soulignant que les fuites s’étaient produites dans les eaux internationales. 

Le ministre danois de la Défense, Morten Bodskov, a rencontré le 27 septembre le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, pour discuter des incidents. Il a confié à la presse qu'il pensait également que les «violations» avaient eu lieu au cours d'un «acte délibéré». 

Ces gazoducs permettent au gaz russe d'être acheminé vers l'Allemagne sans transiter par l'Ukraine ou la Pologne, à la grande fureur de ces deux pays. Des «analystes», cités sans plus de précision par l’agence Reuters, estiment que l’importance des dégâts est telle qu'il est peu probable que l’une ou l’autre des conduites sous-marines puisse transporter du gaz vers l'Europe cet hiver, même s’il existait une volonté politique de les remettre en état de fonctionner.

 

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix