Des fuites inexpliquées sur les gazoducs Nord Stream : le Kremlin n'écarte aucune piste

- Avec AFP

Des fuites inexpliquées sur les gazoducs Nord Stream : le Kremlin n'écarte aucune piste© Bernd Wuestneck Source: AP
Un navire en mer Baltique travaille sur le gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l'Allemagne, le 11 novembre 2018 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des fuites ont été constatées sur les deux gazoducs Nord Stream 1 et 2 au large du Danemark et de la Suède. Des sources dans la presse allemande évoquent une possible «attaque ciblée». Le Kremlin n’exclut aucune hypothèse.

«Ce soir, les opérateurs du centre de contrôle Nord Stream 1 ont enregistré une baisse de pression sur les deux lignes du gazoduc. Les raisons sont en train d'être déterminées», a annoncé le 26 septembre Nord Stream AG l'opérateur du gazoduc. 

Plus tôt, un problème similaire avec une forte chute de pression s'était produit sur l’autre gazoduc d'exportation Nord Stream 2, qui n’est pas en service. L'incident s'est produit la nuit, dans la zone économique exclusive danoise au sud-est de l'île de Bornholm. Plus tard, l'autorité maritime danoise a signalé une fuite de gaz non loin de l'île de Bornholm. 

Copenhague a immédiatement placé en état d'alerte ses infrastructures énergétiques, tout en estimant qu'il était «trop tôt» pour s'exprimer sur les causes de ces incidents simultanés. Le ministre danois du Climat et de l'Energie, Dan Jorgensen a confirmé dans la matinée du 27 septembre «deux autres fuites dans le gazoduc Nord Stream 1, qui n'est pas non plus opérationnel, mais qui contient du gaz». 

Un porte-parole de l'autorité maritime suédoise a de son côté confirmé à l'AFP la détection des deux nouvelles fuites, localisées comme pour Nord Stream 2 au large de l'île danoise de Bornholm. Les fuites sur Nord Stream 1 ont lieu hors des eaux territoriales mais se trouvent pour l'une dans la zone économique exclusive du Danemark, l'autre dans celle de la Suède. 

Pour la Première ministre danoise Mette Frederiksen, «il est difficile d'imaginer que c'est accidentel» et un sabotage ne doit pas être «exclu». 

Les autorités allemandes n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat. Mais selon une source proche du gouvernement allemand, citée par le quotidien allemand Taggesspiegel «tout parle contre une coïncidence». «Nous ne pouvons pas imaginer un scénario qui ne soit pas une attaque ciblée», a souligné cette source. 

Un institut sismique suédois évoque de son côté deux explosions sous-marines «très probablement dûes à des détonations» enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection.

«Extrêmement préoccupés»

«Nous sommes extrêmement préoccupés par ces nouvelles», a déclaré pour sa part déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov qualifiant les informations disponibles de «très alarmantes». 

Interrogé sur la possibilité d'un acte de sabotage, il a répondu : «Il est évident qu'il y a une sorte de panne [...], mais il est impossible d'exclure quoi que ce soit avant que les résultats ne soient disponibles », soulignant que le fonctionnement de Nord Stream 1 était une question de «sécurité énergétique du continent [européen] tout entier».

Construit en parallèle au gazoduc Nord Stream 1, dont la capacité à plein régime est de 55 milliards de mètres cubes par an, le pipeline Nord Stream 2 était destiné à doubler la capacité d'importation de gaz russe en Allemagne. Mais sa mise en service imminente a été suspendue, depuis le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix