Patron du Salon du Bourget : les médias ne colportent que des rumeurs autour du crash de l’A321

Les débris de l'A321© Mohamed Abd El Ghany Source: Reuters
Les débris de l'A321

Il faut attendre les résultats de l’enquête sur le crash de l’A321, et ne pas croire les médias, a confié à RT Emeric d'Arcimoles, le PDG du Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace du Bourget à Paris.

RT France : Les Etats-Unis et le Royaume-Uni affirment que le crash de l’A321 de Kolavia serait dû à «un explosif». Est-ce que le moment est arrivé de tirer des conclusions à propos des raisons du crash ?

Emeric d'Arcimoles : Dans le domaine du transport aérien, c'est une décision de responsables. En France, la réglementation est très stricte à ce sujet. Les compagnies aériennes n'ont pas d'autre choix que de prendre leurs responsabilités pour être conformes à la loi française et ainsi, interdire les vols au départ de Charm El Cheikh, car s'il s'avère que cet aéroport n'est pas sécurisé en termes de contrôles des bagages, le principe de précaution français oblige les responsables à prendre ce genre de décisions, quelles que soient les décisions prises par les autres pays.

RT France : Nous savons que les débris de l’A321 sont largement éparpillés, sur environ 80 kilomètres carrés. Est-ce que cela veut dire que l’avion s’est désagrégé dans l’air ? Quelle en est la raison ? Est-ce qu’une défaillance technique peut être à l’origine de ce crash ?

Emeric d'Arcimoles : En tant que professionnels de l'aéronautique nous laissons travailler les experts et toutes les rumeurs ou interprétations de rumeurs sont absolument inutiles voire contreproductives et inefficaces. Nous considérons que le seul organisme apte à s'exprimer sur ce crash est le groupe d'experts qui est en train d'investiguer les éléments de l'avion et personne d'autre. Après, en fonction des réglementations locales, chacun peut prendre des décisions en fonction de ses responsabilités. Dans tous les cas, la France et la Fédération Internationale du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS), nous nous abstenons de tout commentaire ou remarque sur une équipe qui est actuellement en plein travail. Nous attendons les résultats des experts. Ce sont les seuls à pouvoir répondre à cette question. 

En savoir plus : EN CONTINU : La cause du crash de l’A321 toujours inconnue, la zone de recherche élargie

Il suffit de faire un minimum de calcul sur les trajectoires des pièces qui tombent d'une altitude de 10 000 mètres. La dispersion d'éléments de l'appareil sur une si grande surface conduit à dire qu'il y a manifestement eu une explosion de l'avion. Si vous voyez les fragments de l'appareil aussi dispersés qu'ils le sont, c'est que l'appareil a explosé. S'agit-il d'une explosion mécanique ? A-t-elle été provoquée par une bombe ? Y-a-t-il eu un phénomène extérieur à l'avion? Les experts le diront.

RT France : Selon des médias, un satellite militaire américain a détecté un flash de chaleur. Quel type de défaillance technique aurait pu provoquer une forte explosion dans le moteur de l’avion ?

Emeric d'Arcimoles : Les médias sont très peu crédibles lorsqu'ils s'aventurent à parler de problèmes techniques et en particulier aussi difficiles à interpréter que les conclusions d'un crash aérien. Pour moi, la meilleure attitude à avoir est d'attendre les résultats des experts qui étudient le problème sérieusement et de façon professionnelle. A l'heure actuelle, personne en dehors de l'équipe technique qui travaille sur les fragments n'est capable de répondre. La presse est libre de dire ce qu'elle veut. Elle peut aussi manipuler tout le monde si cela lui chante. Pour ma part, je répète encore une fois, attendons les résultats de l'enquête. Les supputations que fait la presse en rapportant les propos de personnes qui parlent de façon anonyme sont ridicules car en vérité, on n'en sait rien. Arrêtons de colporter des rumeurs non confirmées et n'oublions pas que des familles sont dans une immense peine.

RT France : Daesh a revendiqué le crash de l’avion russe, mais ses déclarations ont été démenties. Pensez-vous que c’était l’Etat islamique ?

Emeric d'Arcimoles : N'étant pas politologue, je ne peux pas interpréter ce genre de déclarations. Mais il est vrai que Daesh nous a en effet habitué aux turpitudes les plus inimaginables. C'est leur domaine de responsabilité d'affirmer cela. Ils ne vont pas se glorifier en affirmant être capables de commettre de telles atrocités sur des touristes qui ne demandaient qu'à visiter ce pays magnifique qu'est la région de Charm el-Cheikh.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales