Michel Collon est écrivain, journaliste indépendant et fondateur du Collectif Investig’Action, qui anime le site Internet michelcollon.info. Il est spécialisé dans l’analyse des stratégies de guerre, des relations Nord-Sud et des médiamensonges.

A l’action citoyens ? Bien, mais pour faire quoi ?

Un marché dans la banlieue parisienne de Mantes-la-Jolie Source: Reuters
Un marché dans la banlieue parisienne de Mantes-la-Jolie

L’écrivain Michel Collon termine sa série «Attali craint une guerre mondiale» et appelle à réfléchir sur «la puissance de l’Europe», la guerre nécessaire» et la définition de la démocratie.

Après nous avoir mis en garde contre la menace d’une Troisième Guerre mondiale, Jacques Attali, l’ex-conseiller de Mitterrand reconverti dans la consultance, appelle les citoyens à agir. Mais cet appel imprécis pose bien des questions.

«Le citoyen a les moyens de se prendre en main. C’est vrai que comme le marché est plus fort que la démocratie, il a le sentiment que la démocratie ne sert plus à rien. Mais il doit prendre son destin en main

«Le marché», en fait, ça n’existe pas, personne ne l’a jamais rencontré

Intéressant aveu, mais pourriez-vous être plus précis ? D’abord, au niveau des mots. «Le marché», en fait, ça n’existe pas, personne ne l’a jamais rencontré. Pourquoi ne dites-vous pas «les capitalistes», tout simplement ? Ce sont quand même eux qui fontla loi sur «le marché» non ? Alors, disons, comme les Indignés, qu’1% décide du destin des autres 99%.

Ensuite, auriez-vous l’amabilité de nous expliquer à quoi sert votre «démocratie» ? Si c’est pour choisir les noms de mandataires qui n’auront de toute façon pas de véritable pouvoir, ne croyez-vous pas que les citoyens ont envie d’un peu plus ? Prendre vraiment en main son destin, ne serait-ce pas décider au service de qui doit tourner l’économie, comment supprimer la pauvreté et comment arrêter les guerres, bref se battre pour que nos enfants vivent dans un monde meilleur ? Afin que la démocratie soit plus forte que vos capitalistes.

La grande majorité des jeunes des quartiers populaires s’imagine - par erreur certainement - être au mieux ouvriers du bas de l’échelle 

Mais quand je lis votre interview, je me demande si nous vivons sur la même planète, vous et moi ? Sur la vôtre, j’apprends que, je cite, «en France, on a quelque cinq millions de musulmans dont 98% s’intègrent et sont médecins, avocats, journalistes.» Ah ? Il y a juste un petit problème, c’est que beaucoup d’entre eux ne sont pas au courant. La grande majorité des jeunes des quartiers populaires s’imagine - par erreur certainement - être au mieux ouvriers du bas de l’échelle ou abonnés aux petits boulots précaires, au pire carrément sans emploi. Vous savez bien quand même que les capitalistes trouvent profitable qu’il existe toute une main-d’œuvre en réserve afin de comprimer les salaires de tous.

Alors, quand vous déclarez : «Le citoyen a les moyens de se prendre en main», c’est bien joli, mais cela est dit aussi par plein de gens qui n’en pensent pas un mot. Si on veut être crédible, il faudra donc répondre à la question : avec quelles revendications et pour défendre quels intérêts : ceux du 1 % ou ceux des 99 % ?

Je souhaite que les médias lancent le débat à partir de vos réflexions

En tout cas, il faut saluer le fait que vous lanciez deux thèmes importants : la libre circulation des pauvres et la menace de guerre mondiale. Pas banal. Et donc, même si je ne partage pas vos vues sur «la puissance de l’Europe», «la guerre nécessaire» et la définition de la démocratie, je souhaite que les médias lancent le débat à partir de vos réflexions. On verra.

LIRE L'ARTICLE PRECEDENT : Attali : « Il y a des moments où la guerre est nécessaire »

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales