Michel Collon est écrivain, journaliste indépendant et fondateur du Collectif Investig’Action, qui anime le site Internet michelcollon.info. Il est spécialisé dans l’analyse des stratégies de guerre, des relations Nord-Sud et des médiamensonges.

Michel Collon : «Obama est-il devenu un ami de l’Iran?»

Des manifestants supportent l'accord sur le nucléaire iranien.© Yuri Gripas Source: Reuters
Des manifestants supportent l'accord sur le nucléaire iranien.

L’écrivain Michel Collon continue sa série «Obama envisage un conflit mondial» en s’intéressant, cette fois, à la situation politique autour de l’Iran.

Alarmiste ! Il n’est pas d’autre mot pour qualifier le discours du bientôt ex-président sur l’accord nucléaire avec l’Iran. Aux USA, certains secteurs veulent une guerre contre ce pays, alerte-t-il.

Le plus grand bénéficiaire dans la région, c’est l’Iran

Les sanctions économiques ont échoué à faire plier l’Iran, admet Obama. Reconnaissant que ce boycott punit la population : «Cinq cent milliards de dollars manquent pour payer salaires, pensions et infrastructures en ruines». Mais «davantage de sanctions ne produiront pas le résultat souhaité». «Ceux qui s’opposent à cet accord exigeront sans aucun doute du futur président (US), quel qu’il soit, de bombarder ces installations nucléaires».

«Ceux qui» ? Ce sont les mêmes qui plaidaient pour une guerre en Irak et Obama critique l’administration Bush : «Préférant la force militaire à la diplomatie, l’action US unilatérale au lieu de bâtir un consensus international, et exagérant les menaces à l’encontre des rapports de nos services de renseignements». Il juge le bilan de Bush catastrophique : «Des milliers de vies ont été perdues, sans compter celles des Irakiens. Mille milliards de dollars ont été dépensés. Ironiquement, le plus grand bénéficiaire dans la région, c’est l’Iran». Cette guerre a isolé les Etats-Unis, constate Obama, reconnaissant à sa manière le déclin de l’Empire US : «Si nous avons appris quelque chose des dix dernières années, c’est que les guerres en général, et au Moyen-Orient en particulier, sont tout sauf simples».

J’ai envoyé des dizaines de milliers de jeunes Américains au combat

Obama serait-il devenu Peace and Love ? «Je n’ai pas reculé devant l’emploi de la force quand elle était nécessaire. J’ai envoyé des dizaines de milliers de jeunes Américains au combat». Irak, Afghanistan, Pakistan, Libye, Syrie, Gaza (via Israël), Bahreïn et Yémen (via les Saoud) : pas vraiment un bilan pacifiste en effet. Obama serait-il devenu un ami de l’Iran ? Pas davantage. Son discours ressasse les habituels clichés : «antisémitisme», «soutien aux terroristes du Hezbollah», «volonté de détruire Israël». Obama menace toujours : «Cet accord offre une meilleure base (…) pour intervenir, y compris – si nécessaire – des options militaires. Le budget de la Défense américaine dépasse 600 milliards de dollars. Celui de l’Iran est d’environ 15 milliards. Notre armée demeure notre garantie ultime».

Obama et les républicains sont d’accord sur le fond : les Etats-Unis ont le droit de dicter leur volonté aux autres nations, y compris par la violence. La divergence porte seulement sur la stratégie. Obama se veut un «impérialiste intelligent». En 2006, Bush dut remplacer son ministre de la Guerre Donald Rumsfeld par Robert Gates qui prononça un discours remarquable à l'Académie militaire de West Point : «Ne combattez pas à moins d'y être obligés. Ne combattez jamais seuls. Et ne combattez jamais longtemps».

L’Empire est tout nu

Conscient des moyens limités des Etats-Unis, Obama ajouterait volontiers : «Et ne combattez pas tous vos ennemis en même temps». Depuis 2001, les Etats-Unis étaient de plus en plus agressifs à la fois contre l’Iran, la Russie et la Chine. Mais un événement décisif se produisit en 2011. Washington piégea Moscou et Pékin en prétendant vouloir seulement une no fly zone pour protéger les civils libyens, son vrai but étant de renverser Kadhafi. Une fois mais pas deux. Quand Obama, avec Hollande, voulut bombarder Damas (cette fois avec le média-mensonge des armes chimiques), la Chine et la Russie mirent leur veto. Il y eut même une aide militaire discrète. Un tournant historique comparable à la bataille de Stalingrad en 1943. Le monde a pu voir que les Etats-Unis ne peuvent plus agresser comme ils veulent. L’Empire est tout nu.

Alors, Obama recule-t-il sur l’Iran, pour concentrer ses forces sur son objectif fondamental : affaiblir la Chine et la Russie ?

POUR SUIVRE : La Russie devrait être divisée en trois

LIRE L'ARTICLE PRECEDENT :  Saboter la Chine et sa Nouvelle Route de la Soie

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales