Lawrence Wilkerson : il faut exiger un procès équitable pour les proches du régime Khadafi

La ville d'Al Waer Source: Reuters
La ville d'Al Waer

Les allégations de torture sur Saadi Kadhafi, l’un des fils du colonel, ont provoqué de vives réactions. Lawrence Wilkerson, ancien chef de cabinet du secrétaire d’Etat américain, Colin Powel, croit que l’intervention de l’OTAN a transformé la Libye.

Après la chute du colonel Mouammar Kadhafi, la Libye a été plongée dans le chaos sur le plan politique et sécuritaire. Depuis plusieurs années maintenant, le pays s’enlise dans une guerre civile sanglante où personne n’est épargné et où aucune région n’est restée indemne.

La situation actuelle est une conséquence directe des opérations militaires entreprises par les Occidentaux qui n’ont n’apporté dans la région ni la stabilité, ni la paix que les membres de l’OTAN avaient pourtant promises, lorsqu’ils ont armé des milices locales pour renverser l’ancien chef d’Etat libyen. Aujourd’hui, ces mêmes milices torturent et tuent des civils grâce aux armes de l’OTAN.

RT : Est-ce que l’aide militaire des Etats-Unis améliorera la situation en Libye ?

Lawrence Wilkerson (L.W.) : Je ne pense pas que cela changera la situation en Libye. C’est le chaos ! A ce que j’en sais, des factions s’affrontent dans tout le pays. C’est une foire aux armements. Toutes les armes les plus sophistiquées du monde sont disponibles au plus offrant et quittent la Libye pour toutes sortes des destinations comme les mains de Daesh en Syrie, d’autres endroits où des groupes terroristes sont actifs. Je n’ai aucun doute sur le fait que certaines parviennent aux mains d’Al-Qaïda et d’autres groupes similaires. La situation actuelle de la Libye est tout à fait désastreuse à l’heure actuelle.

RT : Pourquoi le communauté internationale reste muet face aux problèmes libyens ?

L.W. : Je pense d’abord que la communauté internationale, à savoir l’Occident et ceux qui ont pris part à l’intervention militaire de l’OTAN en Libye ou qui l’ont soutenue, est aujourd’hui embarrassée par ce qui se passe en Libye. Pour cette raison, ils ne veulent pas en parler ou le mettre en évidence. Le reste du monde a d’autres préoccupations importantes maintenant et n’ont pas tellement d’intérêts dans la région. On dit aussi que cela ressemble à ce qui s’est passé après la révolution française, quand, par exemple, le comité de la sécurité publique tuait des aristocrates et tous ceux qui contestaient leurs plans. Il y avaient des gens qui pensaient qu’ils recevaient ce qu’ils méritaient. Je suis sûr qu’il y a encore aujourd’hui dans le monde des gens qui, lorsqu’ils se souvienne du régime de Kadhafi, disent que ces gens qui étaient associés avec Kadhafi n’ont que ce qu’ils méritent. Toutefois cela n’est absolument pas justifié. 

RT : Est-ce que c’est l’Occident qui est coupable de la catastrophe en Libye ?

L.W. : Il est certain qu’ils portent une part de responsabilité, ils ont créé cette situation. Je n’essaye pas d’exonérer le dictateur Kadhafi de ses lourdes responsabilités pour cette situation mais je dis que le retrait immédiat de Kadhafi et la manière brutale avec laquelle il a été déchu, couplé au manque de suivi par tous les pays impliqués dans l’invasion initiale de la Libye…les bombardements… Tout cela a contribué à la situation qui est celle de la Libye actuellement. Donc, oui ! Une part de la responsabilité incombe à la communauté internationale, en particulier à l’OTAN, et aux pays qui ont pris part aux opérations en Libye. Mais je ne les vois pas être préoccupés aujourd’hui par la Syrie, par Daesh. Je ne vois pas leurs dollars et je ne vois pas que leurs dirigeants politiques souhaitent faire changer les choses en Libye. Pour moi, la situation en Libye ressemble étrangement à celle qu’on connaît en Syrie. 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales