La France doit résister à la folie belliqueuse de Donald Trump

La France doit résister à la folie belliqueuse de Donald Trump© Kevin Lamarque Source: Reuters
Le président des Etats-Unis Donald Trump, le 11 avril 2018

Alors que la France se joint aux Etats-Unis dans leurs menaces de frapper la Syrie, le philosophe et diplomate Mezri Haddad revient sur l'évolution de la politique extérieure de la France, et explique pourquoi elle doit sortir du giron atlantiste.

« La première victime de la guerre, c’est la vérité », Rudyard Kipling.

Dans un communiqué officiel de la Maison Blanche, c’est-à-dire un tweet matinal, le président américain a menacé la Russie de ses missiles «beaux, nouveaux et intelligents», ajoutant dans un second «communiqué» que «notre relation avec la Russie est pire aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été, y compris pendant la guerre froide». Pour une fois, Donald Trump a parfaitement raison : la situation actuelle est plus grave que la crise des missiles de Cuba en 1962. Et elle l’est d’autant plus que c’est précisément lui qui gouverne aujourd’hui les USA et non un Kennedy, qui avait su trouver à l’époque un modus vivendi avec Khrouchtchev, évitant ainsi pour les deux pays le pire, et pour l’humanité le cataclysme nucléaire.  

La France doit se redéployer, hors du giron américain

Plutôt que de céder à l’hybris washingtonienne, de s’aliéner aveuglément sur «l’hyperpuissance américaine», comme la qualifiait Hubert Védrine, de guerroyer avec un Donald Trump imprévisible et inconscient du chaos qu’il peut provoquer dans la poudrière moyen-orientale, voire d’un conflit mondial, la France doit au contraire répondre à sa vocation de puissance souveraine et modératrice. L’occasion se présente au pays de Macron de reconquérir sa position dans cette partie du monde, de s’affranchir d’une alliance atlantique aux ennemis anachroniques et à la doctrine désuète, de retrouver sa singularité gaullienne.

L’avenir de la France au Proche-Orient et dans le monde en général peut se redéployer cette fois-ci avec un sens aigu du pragmatisme, du réalisme et des intérêts mutuels bien compris. Il ne s’agit donc ni d’idéalisme, ni de fraternité, ni d’éthique, ni d’humanisme, ni même de «politique arabe de la France». Il s’agit essentiellement de realpolitik et d’intérêts réciproques euro-arabes d’une part et euro-russes d’autre part : primo le combat commun contre le terrorisme islamiste qui a saigné la Syrie pour ensuite, tel un boomerang, meurtrir la France ; secundo la relance de l’Europe voulue par les Européens sans la feuille de route américaine et avec une alliance russo-européenne ; tertio la reconstruction d’un pays dévasté, non point par huit années de «guerre civile», mais par une guerre lâche et sans nom, livrée par des mercenaires recrutés des quatre coins du monde, ceux-là mêmes qui se sont retournés contre leurs alliés objectifs et conjoncturels, notamment à Londres, à Barcelone, à Paris, à Nice et récemment dans l’Aude.

L'alliance de l'atlantisme et de l'islamisme... 

Si toutes les guerres sont, par définition même, sales et destructrices, celle qui a été livrée à la Syrie, et que certains veulent aujourd’hui relancer et porter à son paroxysme, est particulièrement nauséabonde, injuste, criminelle et absurde. Elle restera dans les annales des grands conflits mondiaux, avec néanmoins ce constat hallucinant : si la dernière guerre mondiale a opposé les démocraties aux totalitarismes, les valeurs humanistes à l’abjection nazie, celle dont on parle aujourd’hui a réunie dans une même coalition la barbarie et la civilisation, le monde dit libre aux forces les plus obscurantistes, l’atlantisme à l’islamisme, pour abattre le «régime de Bachar», comme ils disent.

Dans l’euphorie d’un «printemps arabe» qui était dès ses premiers balbutiements en Tunisie un hiver islamo-atlantiste, tout a été implacablement déployé pour déstabiliser un pays qui n‘était sans doute pas un modèle de démocratie, mais qui connaissait depuis juillet 2000 de profondes et graduelles réformes politiques, sociales et économiques, louables et intrinsèquement libérales, de l’aveu même de Nicolas Sarkozy, qui avait invité à l’époque (2008) le jeune Président syrien au défilé du 14 juillet.

Tout a été déployé, y compris cette arme de guerre redoutable et particulièrement détestable qu'est la désinformation, avec son cortège de mensonges éhontés, de manipulations des masses, de subversions des mots. Dans cette diabolisation systématique de l’ennemi et victimisation de l’ami, l’Etat syrien est ainsi devenu le «régime de Bachar», l’armée arabe syrienne régulière est devenue la «milice d’Assad», les terroristes sont devenues les «rebelles» ou l’«armée syrienne libre», Bachar el-Assad s’est transformé en «tyran sanguinaire qui massacre son peuple», et les hordes islamo-fascistes, d’Al-Qaïda jusqu’à Daech, se sont métamorphosées en «combattants de la liberté» voire même en «défenseurs des droits de l’homme»…

... dans laquelle la France s'est laissée entraîner 

Rien ne pouvait justifier un tel aveuglement. Ni l'idéal démocratique auquel aspire effectivement le peuple syrien. Ni la question des droits de l'homme que le monde libre a certainement le devoir moral de défendre partout où ses droits sont malmenés. Ni le contrat à durée indéterminée entre l'émirat du Qatar et la République sarkozienne ! Ni même les prétendues attaques chimiques syriennes, qui étaient à la diplomatie française et à ses relais médiatiques ce que les armes de destruction massive furent à la propagande anglo-américaine, lors de la croisade messianiste contre l’Irak dont on connaît la tragédie et le chaos depuis.

Dans ses mémoires, l’honnête homme Colin Powell, avoue regretter jusqu’à la fin de sa vie son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies. Un autre discours, devant la même instance onusienne, restera, lui, dans l’Histoire : celui de la France égale à elle-même et fidèle à ses valeurs universelles, magistralement lu par Dominique de Villepin. On ne peut en dire autant de son successeur à la tête de la diplomatie française, qui se félicitait du «bon boulot» que le front Al-Nosra faisait en Syrie.

Faute d’une vision stratégique et géopolitique à la hauteur des enjeux cruciaux qui se dessinaient et d’une accélération de l’Histoire qui déroutait, la France sarko-hollandienne a eu une politique autiste, aveugle et inaudible qui ridiculisait le pays du général de Gaulle auprès des instances onusiennes et même aux yeux de la puissance américaine qu’elle entendait servir avec encore plus de servitude que la couronne britannique ; une politique qui positionnait la France en ennemi formel d’une amie potentielle – la Russie –, en l’extirpant d’un Moyen-Orient où sa voix portait et son rôle pesait… jadis.

Plus troublant encore, cette politique qui ne manquait pas de machiavélisme suscitait des doutes quant à la volonté réelle du gouvernement français de mener une guerre globale et sans pitié contre l’islamo-terrorisme, qu’il se fasse appeler Daech, Al-Qaïda ou Al-Nosra, rebaptisé pour la circonstance Fatah Al-Sham. A l’inverse de l’ancien chef de la diplomatie française pour lequel «Bachar el-Assad ne mérite pas d'être sur terre» et «Al Nosra fait du bon boulot», Vladimir Poutine a eu le mérite de la cohérence et de la constance : «On ira les buter jusque dans les chiottes», promettait-il en septembre 1999, lorsqu’il n’était encore que le Premier ministre de Boris Eltsine. En France, les fichés S sont présupposés innocents jusqu’à leur passage à l’acte !

Le jusqu’au-boutisme droit-de-l’hommiste, l’humanisme à géométrie variable, l’homélie de l’islamisme «modéré», le manichéisme simpliste qui réduit un conflit géostratégique majeur à un affrontement entre le bien (Al-Qaïda et ses métastases) et le mal (le régime de Bachar el-Assad et ses alliés) ne peuvent plus dissimuler l’alliance objective entre le monde dit libre et les hordes barbares de l’obscurantisme islamiste. Contrairement à la propagande politique, la tragédie qui se joue en Syrie n’oppose pas un «animal qui massacre son peuple» – comme l'a tweeté le très diplomate Trump – à des gladiateurs de la liberté qui n’aspirent qu’à la démocratie, mais un Etat légal et même légitime, à des hordes sauvages et fanatisées, galvanisées par ceux-là mêmes qui avaient ordonné les plus ignobles actions terroristes dans les capitales européennes.

S'inscrire dans ce nouveau monde multipolaire

Cette tragédie se joue entre un Etat reconnu par les Nations unies, qui entend reconquérir jusqu’à la dernière parcelle de son territoire tombé sous le joug totalitaire et théocratique des «islamistes modérés», et des djihadistes sans scrupule qui se servaient des civils d’Alep, de Ghouta et aujourd’hui de Douma comme de boucliers humains. Pas plus que dans la Ghouta hier, quel intérêt pour le «régime de Bachar» de bombarder aux armes chimiques une ville, Douma en l’occurrence, quasiment libérée des mains criminelles des islamo-fascistes ? Les crimes de guerre imputés à Bachar dans cette ville raisonnent comme le requiem bushéen «Saddam possède des armes de destruction massive» et comme son futur refrain sarkozien, «éviter un bain de sang à Benghazi» !  

Comme l’URSS pourtant stalinienne de 1945, la Russie est aujourd’hui du bon côté de l’Histoire. N’en déplaise aux petits stratèges londoniens de l’affaire Skripal et autres russophobes primaires figés dans les eaux glaciales de la guerre froide, Vladimir Poutine a fait les bons choix stratégiques et géopolitiques. Plus insupportable encore pour les avocassiers de la civilisation et les zélotes des droits de l’homme… islamiste, il a été le seul défenseur des valeurs occidentales… en Syrie. De cette guerre lâche de l’islamo-atlantisme contre la Syrie, la Russie est sortie victorieuse. Même si l’Etat et le peuple syriens souffriront encore du terrorisme résiduel, comme beaucoup d’autres pays, y compris la France, le pays de Bachar el-Asad a gagné cette guerre non conventionnelle et par terroristes et mercenaires interposés qu’on lui a livrée huit années durant.

Avec la nouvelle géopolitique qui se trame au Proche-Orient et les périls terroristes qui menacent la région et l’ensemble du monde, la nouvelle élite dirigeante française a forcément un rôle à jouer. Parce que ses liens avec la Syrie sont historiques autant que ses relations avec la Russie, la France doit pouvoir encore jouer ce rôle conforme à ses valeurs universelles et compatibles avec ses intérêts nationaux. Et si, à l’instar de Theresa May, qui a besoin de la fuite Skripal pour colmater la brèche du Brexit, et de Donald Trump, qui a toutes ses raisons de provoquer un conflit mondial pour se débarrasser de la vodka russe qui empoisonne sa présidence – la supposée ingérence de Moscou dans les élections américaines –, Emmanuel Macron n’a nul besoin d’impliquer la France dans un conflit qui n’est pas le sien et dont on ne conjecture pas encore les effets planétaires. L’ère de l’unilatéralisme est de toutes les manières définitivement révolue et ce n’est que dans le nouveau livre du multipolarisme que la France aura droit au chapitre. 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter