Spécialiste des questions européennes, Pierre Lévy dirige la rédaction du mensuel Ruptures. Précédemment, il a été journaliste au sein du quotidien L’Humanité, ingénieur et syndicaliste. Il est l’auteur de deux essais et un roman.

Pierre Lévy : comme les autres, la Corée du Nord a le droit de se prémunir contre les agressions

Pierre Lévy : comme les autres, la Corée du Nord a le droit de se prémunir contre les agressions
Pierre Lévy, photo ©RT France

Le rédacteur en chef du mensuel Ruptures s'interroge sur les buts réels des sanctions contre Pyongyang. Inefficace, contre-productive, cette autre forme de guerre s'attaque selon lui avant tout à la souveraineté des Etats non-alignés à l'Occident.

Revenant sur le dernier test en date de la Corée du Nord le 29 novembre 2017 – un missile balistique intercontinental Hwasong-15 présenté par Pyongyang comme capable d'atteindre le territoire des Etats-Unis – Pierre Lévy se propose de renverser la perspective et les questions que posent la crise géopolitique entre Corée du Nord et Etats-Unis.

Les sanctions sont une autre façon de faire la guerre

Pour le rédacteur en chef du mensuel Ruptures, il n'y a pas de solution militaire au face-à-face entre Pyongyang et l'Occident. «L'aspect militaire serait la pire des perspectives», juge-t-il, dénonçant l'«extraordinaire arrogance» de Washington dans ce dossier. «Si certains veulent empêcher la Corée du Nord d'avoir l'arme nucléaire, ils devraient se poser la question de savoir pourquoi la République démocratique de Corée cherche un traité de paix [avec la Corée du Sud], mais que d'autres ne souhaitent pas», souligne Pierre Lévy, lequel s'interroge sur les buts réels des sanctions et des pressions occidentales sur Pyongyang.

«C'est une manière de guerre, les sanctions. On mène la guerre contre des pays, de manière plus "douce"», analyse-t-il, évoquant l'économie de marché et la libre circulation des marchandises et des capitaux comme condition indépassable et incontournable de l'appartenance à la communauté dite internationale, alias l'Occident sous leadership américain.

Déni de souveraineté

De fait, selon Pierre Lévy, ces mesures ont abouti à l'inverse du but escompté : malgré les sanctions et l'isolement, la Corée du Nord se dote bel et bien de l'arme nucléaire et la sécurité de la péninsule coréenne n'est toujours pas assurée. «Il est important de rappeler qu'au fond le crime que reprochent implicitement sans le dire les grandes puissances occidentales à la Corée du Nord, c'est de viser un développement par ses propres moyens, par ses propres forces», estime Pierre Lévy, ajoutant : «C'est un déni de souveraineté.»

Les promesses occidentales : des «chiffons de papier»

«Au fond, les Etats-Unis sont la première puissance nucléaire du monde [...] c'est même la seule puissance à avoir un jour utilisé l'arme nucléaire [en 1945 contre le Japon] et c'est eux qui se permettent d'être arrogants et agressifs contre un pays qui [...] veut se mettre à l'abri des agressions», note encore Pierre Lévy.

Pour aller vers la paix, le journaliste préconise que les Etats indépendants se voient reconnaître le droit de se défendre, au même titre que les grandes puissances nucléaires, officielles comme officieuses, notant que l'Inde, le Pakistan ou Israël n'étaient pas inquiétés malgré leur arsenal nucléaire (non-officiel). Et Pierre Lévy d'argumenter : «On peut comprendre que les dirigeants nord-coréens, surtout depuis les agressions contre la Libye et d'autres pays, puissent se dire que les belles promesses de non-intervention occidentales soient en réalité des chiffons de papier.»

Lire aussi : Pour le Kremlin, les sanctions américaines visent à monter le monde des affaires contre Poutine

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.