Défection des soutiens de Fillon : la Journée des Dupes rejouée ?

Défection des soutiens de Fillon : la Journée des Dupes rejouée ?© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Alain Juppé et François Fillon

François Fillon a certainement fait une faute, mais la justice poursuit un but politique, et le candidat possède toujours un grand soutien dans l’opinion publique, dans la famille politique des Républicains, estime le député LR Jacques Myard.

RT France : Quel est votre avis sur la défection de plusieurs députés républicains qui appellent à parrainer Alain Juppé ?

Jacques Myard : Dans cette période un peu troublée, la France est en train de donner une très bonne image de ce qu’elle a toujours été, à savoir un pays parfois incompréhensible pour les étrangers. On a déjà eu dans l’histoire de France la Journée des Dupes. Donc, aujourd’hui j’ai l’impression que nous sommes repartis pour un épisode véritablement psychodramatique. Effectivement, François Fillon a certainement fait une faute, mais bien évidemment, dans cette affaire, la justice poursuit un but politique. A la base, il y a une faute mais aujourd’hui le fait que Fillon soit certainement empêché de se présenter à l’élection présidentielle, dépasse la nature et le niveau de la faute. C’est véritablement que la justice s’est instrumentalisée à des fins politiques et que François Fillon va le payer très cher, alors qu’il avait – et qu’il a – toutes les qualités pour être un grand chef d’Etat. Dans le même temps, il y a des gens qui ne soutenaient pas François Fillon dès le début et maintenait ils vont dire : «Il est impossible que François Fillon soit président, nous devons avoir un nouveau candidat.»

La question du retrait de François Fillon dépend de lui et de lui seul

RT France : Est-ce que ce nouveau candidat a des chances de gagner ?

J. M. : Peut-être. Mais c’est un pari et il est clair que ce pari n’est pas gagné d’avance. Donc on voit bien qu’il y a des troubles, on voit bien que certains cherchent des solutions, on voit bien que la famille aujourd’hui est divisée, on voit bien qu’un certain nombre de gens quittent le navire. Est-ce qu’ils représentent l’immense majorité des Français qui sont prêts à voter pour François Fillon ? Ce n’est pas certain. On est dans une grande période d’incertitude sur laquelle, à l'heure où je vous parle, je peux vous donner non pas la vérité, mais une vérité du moment, qui ne sera peut-être plus la vérité de ce soir. Donc il faut garder son calme, les pourparlers sont en cours.

La question du retrait de François Fillon dépend de lui et de lui seul. Il a les parrainages pour se présenter, l’argent pour se présenter, il a toujours un grand soutien dans l’opinion publique du monde de la famille politique des Républicains. Donc on voit bien que à côté de cela, les interrogations sont celles de gens qui doutent. Bien évidement leur position est fortement relayée par les médias, c’est toujours la même chose. Nous sommes dans un monde médiatique. Donc aujourd’hui je suis très prudent, moi-même je continue à soutenir François Fillon, dans la mesure où il est le candidat issu des primaires, qu’il est le candidat qui fait campagne, et qu’il est un candidat attaqué. Simplement, il est clair qu’il faudra peut-être être réaliste et peut-être que demain matin les solutions seront : «Il y a un autre candidat, François Fillon a décidé de se retirer». Mais aujourd’hui personne ne peut dire où on va vraiment.     

On pourrait avoir une situation catastrophique dans laquelle vous avez François Fillon et Alain Juppé qui soient candidats 

RT France : Concernant cet appel à parrainer Alain Juppé, pensez-vous qu'il puisse aboutir à quelque chose ? Pensez-vous justement qu’Alain Juppé puisse recueillir le nombre suffisant de parrainages ?

J. M. : Il y a près de 40 000 personnes qui peuvent parrainer aujourd’hui un candidat à la présidence de la République. François Fillon en a déjà 1 200. Monsieur Juppé peut très bien en avoir 500 assez rapidement, c’est possible. Mais il est évident qu’il ne suffit pas des parrainages. Encore faut-il qu'il n'y ait qu'un candidat dans la famille républicaine. On pourrait avoir une situation catastrophique dans laquelle vous avez François Fillon qui est candidat, qui maintient sa candidature, et Alain Juppé qui soit candidat. Seulement, je pense qu’Alain Juppé est suffisamment lucide, suffisamment réaliste pour savoir qu’il ne peut pas y avoir deux candidats. Donc en réalité, tout dépend de la décision de François Fillon aujourd’hui. Lui seul a la clé du maintien ou non de sa candidature.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales