Auteur de l’amendement contre le gaspillage alimentaire : on arrête les conneries maintenant !

Un homme à la retraite en recherche de nourriture Source: Reuters
Un homme à la retraite en recherche de nourriture

Arash Derambarsh, élu de Courbevoie et auteur des amendements contre le gaspillage alimentaire dans les supermarchés en France, compte aller plus loin et espère que sa pétition européenne recueillera un million de signatures.

RT France : M. Derambarsh, nous savons que vous avez porté la lutte contre le gaspillage alimentaire. Qu’est-ce qui vous a poussé à cette lutte ?

Arash Derambarsh : Pour vous répondre, il faut que j’explique ce que représente la classe moyenne. C’est la petite retraitée, c’est le jeune étudiant, ce sont des gens qui ne gagnent que mille ou mille deux cents euro par mois, ce sont également des SDF. Moi, lorsque j’avais récupéré quarante kilos de nourriture, je n’avais pas de local pour la chaîne du froid et il n’y avait pas de réglementation pour la distribution directe immédiate, c’est pour ça que j’ai fait campagne et que j’ai lancé une pétition pour obtenir une réglementation sur la distribution immédiate directe parce qu’à l’époque, avant cette loi, il y avait une loi uniquement pour les associations qui pouvaient stocker la nourriture comme les Resto du cœur, la banques alimentaires, le Secours catholique ou la Croix rouge. Aujourd’hui, n’importe quelle association peut aller à son initiative chercher des invendus. Ce qui embête les supermarchés, parce qu’ils préfèrent jeter de l’eau de Javel sur la nourriture.

RT France : Comment pouvez-vous commenter le fait que les chaînes de grandes distributions, qualifient toutefois cet amendement de «populiste» en disant qu’il y a déjà des associations qui travaillent avec les supermarchés ?

A.D. : C'est que ces associations qui travaillent avec les supermarchés sont en collecte permanente, elles n’ont jamais assez de nourriture. Il faut souligner qu’en réalité, chaque soir, chaque supermarché jette quarante kilos de nourriture consommable, cela représente 500 euros, et chaque soir, moi, je nourris cent personnes, c’est la réalité du terrain. De toute façon, je ne vais pas m’engager dans des débats inutiles avec des gens qui ne pensent qu’à gagner de l’argent. Les supermarchés viennent de perdre la bataille donc ils sont mauvais perdants. Ca fait quatre mois qu’ils me disaient que la loi ne passerait jamais mais elle est passée.

RT France : Vous avez déjà déclaré votre intention de promouvoir le même texte en Europe, comment comptez-vous faire ?

A.D. : On va lancer une pétition prochainement dans les 27 Etats membres de l’Union européenne. Pour que la Commission européenne se saisisse de cette problématique, je compte utiliser la disposition connue sous le nom «d'initiative citoyenne européenne» qui permet à un million de citoyens de l'UE de participer directement à l'élaboration des politiques européennes en invitant la Commission européenne à présenter une proposition législative. Un million de signatures et nous aurons la loi. C’est très simple, en France, on a déjà 200 020 signatures. C’est-à-dire qu’on va l’avoir en trois-quatre mois, ça va être très simple de ramasser un million de signatures. Et je prends le pari que cette loi sera appliquée en 2015 dans toute l’Union européenne.

RT France : Et quelle sera la réaction des supermarchés d’après vous ? Est-ce qu’ils vont renoncer à cette idée ?

A.D. : Les supermarchés vont donner une belle image, ils vont dire : «voilà, nous, on est solidaires», mais je ne comprends pas pourquoi on jette de la nourriture dans une poubelle et on met de l’eau de Javel. Ce n’est pas un comportement civilisé, même un animal ne fait pas ça. Il y a des gens qui ont faim, et on jette de la nourriture dans une poubelle, qu’est-ce que c’est que ce raisonnement ? Je suis élu depuis un an, et je suis là pour dire : «il est temps d’arrêter les conneries».

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales