«La France est victime de la BHLisation de sa diplomatie»

«La France est victime de la BHLisation de sa diplomatie»© JOEL SAGET Source: AFP
Bastien Faudot

Pour Bastien Faudot candidat du MRC à la présidentielle, la solution à la crise économique que traverse l’Europe passe par la reconquête de la souveraineté nationale et populaire et l’idéologie atlantiste a aggravé la situation en Syrie.

RT France : Qu’est-ce qui distingue le MRC des autres partis de gauche, le Parti socialiste et le Parti de gauche notamment ?

Bastien Faudot (B. F.) : Pour nous qu’il s’agisse du rôle du travail comme de la transformation sociale, l’essentiel passe par la reconquête de la souveraineté populaire et nationale. Et ça, le PS ne veut pas en entendre parler. Depuis le tournant de la rigueur sous François Mitterrand en 1983, les sociaux-démocrates ont fait le choix de l’aventure européenne comme substitution au projet de refondation sociale. On ne peut pas résoudre des problèmes comme celui de la désindustrialisation du pays si l’on a fait allégeance à l’Europe fédérale et renoncé à la souveraineté budgétaire et monétaire. Nous sommes très clairs sur ces points alors que le Parti de gauche demeure ambigu sur des questions comme l’union économique et monétaire, se comportant comme s’il y avait un plan A, puis un plan B. Le plan A a déjà échoué. Pour nous, il n’y a non seulement aucune contradiction entre le souverainisme et la gauche, mais être souverainiste est la seule façon d’être aujourd’hui réellement de gauche.

RT France : Selon vous l’élection de Donald Trump est-elle un phénomène strictement américain ou est-elle porteuse d’enseignements extrapolables à d’autres démocraties occidentales, comme la France notamment ?

B. F. : Oui, cette élection est porteuse de nombreux enseignements. Mais tout d’abord, il m’a semblé, dès qu’a été fait le choix de Clinton pour représenter le parti démocrate que le prochain président des Etats-Unis serait un républicain. Car Hillary Clinton ne parlait pas aux forces sociales qui constituent la base de son parti. Puis, je me suis laissé, comme la plupart, impressionner par les sondages et la formidable machine médiatique des élites dirigeantes toute entière dirigée contre Trump et me suis couché le 8 novembre persuadé que Clinton l’emporterait malgré tout. Ce vote qui fait penser en Europe au mouvement qui a porté le Brexit et aussi à la progression du Front national en France, de l’AfD en Allemagne et du mouvement Cinq étoiles en Italie révèle d’abord qu’il est facile, pour des personnages hauts en couleurs, de récupérer le mécontentement social. Mais la ligne économique avancée par Trump ne satisfera pas son électorat, au demeurant très composite, car il comprend les laissés pour compte de la mondialisation aussi bien que des très riches. Cette perméabilité à un discours protectionniste, anti-immigrés est un vote de classe sans conscience de classe.

Je dois dire que pour nos intérêts, ceux de la France et ceux de l’Europe, je redoutais une victoire de Clinton car elle est l’étendard de l’interventionnisme belliqueux des Etats-Unis

Sur le plan démocratique, c’est une réaction immunitaire, une affirmation du peuple qui n’a pas accepté les injonctions des élites politiques et médiatiques. Je dois dire que pour nos intérêts, ceux de la France et ceux de l’Europe, je redoutais une victoire de Clinton car elle est l’étendard de l’interventionnisme belliqueux des Etats-Unis alors que Trump proposait une approche des relations internationales qui me semble, au bout de compte, davantage conforme à nos intérêts. Toutefois, il se heurtera sans doute à une résistance très forte de forces qui contrôlent l’Etat américain. D’ailleurs, je doute qu’il ait réellement une vision des relations internationales qui ait guidé ces positions tranchées. Je le dis sans mépris, mais je pense que ses positions étaient surtout guidées par le choix de parler aux Américains, de leur avenir chez eux, avant tout.

RT France : Ces positions de Trump à propos de la Russie et de la Syrie ont en tout cas créé des inquiétudes chez les dirigeants européens et notamment en France. Comment jugez-vous par exemple les choix qui ont été faits par notre pays à propos de la Russie dans la crise ukrainienne et à propos de la Syrie ?

B. F. : Dans le cas de la crise ukrainienne, l’Europe a été totalement déraisonnable en soufflant sur les braises au lieu de jouer un rôle d’intermédiaire, notamment avec l’espèce de menace associée à l’accord de partenariat avec l’Ukraine contre la Russie. Depuis ce qui s’est passé avec le Maidan, puis dans le Donbass et a culminé avec l’incendie de la maison des syndicats à Odessa, on a assisté à une sorte de négation et d’incompréhension totale de l’histoire, de qui vit en Crimée et qui vit dans le Donbass. Depuis des années la France est victime de la BHLisation de sa diplomatie. Ceux qui suivent cette politique de confrontation contre la Russie sont en réalité des archaïques, qui se comportent comme si les communistes étaient encore au pouvoir à Moscou ; mais l’Union soviétique avait été dissoute il y a déjà 25 ans !

Quant à la Syrie, c’est un pays que je connais assez bien et je m’en tiendrai à l’histoire : du renversement du gouvernement Mossadegh en Iran en 1953 jusqu’à la guerre du Golfe avec l’intervention imbécile de Georges Bush père, nous nous sommes enfermés dans l’effroyable logique atlantiste qui a consisté à choisir la théocratie wahhabite d’Arabie saoudite contre des Etats laïques arabes. En Syrie cohabitaient à peu près en paix 17 peuples et 14 langues. Les enfants kurdes, druzes ou sunnites allaient à l’école gratuite. Aujourd’hui en Syrie, les enfants ne vont plus à l’école. Nos dirigeants ont eu une lecture erronée des printemps arabes et ont aggravé la situation. Leurs positions ont accompagné la destruction de l'Etat syrien et je préfère croire que c’est seulement par ignorance. Nous avons renoncé à faire pression sur ces dictatures militaires, car ne nous voilons pas la face, c’est ce qu’étaient ces régimes, dont on aurait cependant pu obtenir ce qu’aucune guerre ne nous donnera et, sous prétexte d’affaiblir Damas, nous avons favorisé des barbares auxquels nous n’avons rien à dire : l'Etat islamique. N’oublions pas l’ineptie pitoyable d’un locataire du quai d’Orsay, Monsieur Fabius qui, en 2013 avait estimé : «Al-Nosra fait du bon boulot sur le terrain» sachant qu’al-Nosra était la filiale d’Al-Qaïda. Je suis persuadé que l’histoire jugera très sévèrement ces responsables et j’espère même qu’un jour ils auront à rendre des comptes, car cette vision de notre politique étrangère est étrangère à la France.

Lire aussi : «La défaite au premier tour de Sarkozy est aussi un message très clair envoyé à François Hollande»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.