Le «Hijab Day», «l’honneur perdu des féministes et de Sciences Po»

Une femme voilée du niqab à Meaux Source: Reuters
Une femme voilée du niqab à Meaux

La députée Les Républicains Valérie Boyer s’est montrée écœurée par la tenue du «Hijab Day» à Sciences Po Paris.

RT France : Le 20 avril Sciences Po Paris a accueilli le Hijab Day. Pourquoi êtes-vous révoltée ?

Valérie Boyer : C’est une façon d’inverser les choses. Aujourd’hui, les femmes qui portent le foulard en France le font en toute liberté. C’est surtout les femmes qui ne le portent pas qui sont stigmatisées dans les cités. Je suis extrêmement choquée, en colère et écœurée de voir des gamines de 20 ans, qui ont la chance d’accéder à des études supérieures de grande qualité, de renommée internationale, organiser une action pareille alors que les femmes en Arabie saoudite arrivent à peine à obtenir le droit de conduire une voiture… Cet espèce de retournement de la pensée me choque profondément. 

On enferme doublement ces filles : on leur refuse le droit d’être vêtues comme les autres ou comme elles le souhaitent et en plus on les enferme dans leurs origines et dans la religion – au pays de la laïcité, c’est quand même choquant

C’est ça le féminisme aujourd’hui ? C’est ça qu’on propose à nos jeunes ? Nos mères qui enlevaient leur soutien-gorge, portaient des mini-jupes et allaient topless sur la plage – nos mères qui n’étaient pas des traînées, nos mères valaient le respect. Le message que ces filles sont en train d’envoyer est multiple : tout d’abord c’est de dire que celles qui ne portent pas le voile sont impudiques ; deuxièmement c'est obliger les femmes à être enfermées dans une culture de genre – parce que c’est leur sexe qui les oblige à être vêtues différemment des hommes ; troisièmement, c'est dire qu’à partir du moment où on a des origines musulmanes il faut obligatoirement les revendiquer et porter le voile. On enferme doublement ces filles : on leur refuse le droit d’être vêtues comme les autres ou comme elles le souhaitent et en plus on les enferme dans leurs origines et dans la religion – au pays de la laïcité, c’est quand même choquant. 

En France on se découvre la tête, on montre ses cheveux, on montre ses jambes

RT France : L’organisatrice de cette action prétend que son but est de «démystifier le voile» et faire vivre la stigmatisation vécue par les femmes voilées…

Valérie Boyer : C’est exactement l’inverse qui se produit. Lisez les témoignages des femmes qui vivent dans les cités, si elles ne portent pas de voile elles sont traitées de putes. C’est ça la réalité. Imaginez, vous êtes seule dans la cité avec quelques gamins, votre mari est parti et si vous ne portez pas le voile vous vous faites cracher dessus. Vos enfants sont stigmatisés à l’école. Toute le monde dit «porte le voile pour avoir la paix», mais c’est exactement le contraire. Nous avons eu une polémique à propos des hôtesses de l’air, sur l’obligation de porter le voile une fois sur le sol iranien. En France je vous dis : «A Rome vis comme les Romains.»  En France on se découvre la tête, on montre ses cheveux, on montre ses jambes. Des années de lutte féministe pour en arriver là. En plus à Sciences Po Paris, où sont formés les élites ! 

Les femmes sont des salopes si elles ont la tête découverte ?

Pourquoi cette obsession pour les femmes ? Pourquoi devrait-on mettre dans la prison du voile la moitié de l’humanité ? Quel est le problème ? Les hommes sont des sauvages et des animaux qui ne savent pas se retenir quand ils voient une chevelure féminine ? Et les femmes sont des salopes si elles ont la tête découverte ? C’est ça qu’on est en train de nous dire aujourd’hui ?

C’est l’apologie du communautarisme ! 

RT France : Qu’en est-il du débat sur le port du voile lancé par le Premier ministre Manuel Valls ? Le président François Hollande a indiqué lors des Dialogues citoyens qu’il ne reviendrait pas sur ce sujet…

Valérie Boyer : J’en ai assez de commenter les enfermements d’un gouvernement complètement à la dérive, avec un président de la République qui contredit tout le temps son Premier ministre, avec un ministre de l’Economie qui, au lieu de s’occuper du chômage crée un mouvement politique. C’est pitoyable. Vous vous rendez compte de ce qu’on propose à la jeunesse ? On lui propose du cannabis, le revenu universel, tout casser à Nuit debout et maintenant le voile pour les filles ? Est-ce l’avenir des jeunes Français ? Pour quelques voix on serait donc prêt à toutes les compromissions ? C’est l’apologie du communautarisme ! 

C’est l’honneur perdu des féministes et de Sciences Po que de se livrer à cela

Aujourd’hui le problème majeur c’est le terrorisme islamiste. Combien de femmes ont été en prison, battues, lapidées parce qu’elles ont montré leurs cheveux et leurs mains ? C’est l’honneur perdu des féministes et de Sciences Po que de faire cela. Il y a une faute morale de la part de Sciences Po. J’attends la réaction de la part de la ministre de la Famille. Ce n’est pas un gouvernement, c’est un gouverné. Le gouvernement est un oxymore avec la gauche.

Mais foutez-nous la paix ! 

On nous fait retirer le sapin des écoles et on nous impose le voile. Les crèches ce n’est pas un symbole d’oppression, la kippa non plus et le port de la croix autour du cou non plus. Le voile est un symbole d’oppression : il différencie les hommes des femmes et empêche aux femmes d’être vêtues comme les hommes. Ce que dit le voile c’est que les hommes ont tellement de bestialité en eux qu’ils ne peuvent resister face à la liberté de la chevelure feminine et que celles qui laissent leurs cheveux au vent sont des femmes publiques. C’est une véritable obsession de la femme. Mais foutez-nous la paix ! 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales