Nicolas Meilhan : «Le pétrole va monter en flèche»

© Enrique De La Osa Source: Reuters

Il existe une corrélation inverse très forte entre la valeur du dollar et le prix du pétrole, estime le consultant en stratégie et économiste Nicolas Meilhan, membre des Econoclastes et de l’ASPO France.

RT France : Le quotidien américain Wall Street Journal a révélé une erreur de 800 000 barils de pétrole par jour dans les statistiques de l'Agence internationale de l'énergie ? Un décalage pareil est-il possible ?

Nicolas Meilhan : Chaque année, il y a un décalage entre le surplus de pétrole, qui est la différence entre les chiffres de production et de consommation, et la quantité de pétrole stockée, que ce soit sur terre,  en mer ou en transit. Ce décalage a toujours existé dans les données de l’AIE (Agence internationale de l’Energie) et évolue entre plus ou moins deux millions de barils par jour, ce qui correspond à la marge d’erreur de telles mesures.

La soif de pétrole de la Chine n’a pas diminué, bien au contraire

Quand les prix du pétrole ont baissé, beaucoup de gens nous ont expliqué que c'était lié au ralentissement de la croissance en Chine, qui avait par ricochet impacté à la baisse la croissance de la consommation de pétrole. C'est faux, puisqu'en 2015 la croissance de la consommation de pétrole en Chine est montée à 5%, alors qu'entre 2010 et 2014, elle était plutôt de l’ordre de 3% par an. Donc, la soif de pétrole de la Chine n’a pas diminué, bien au contraire. Et l’AIE a peut-être sous-estimé la consommation de pétrole en Chine en 2015

Plus le dollar s’apprécie, plus le pétrole est bon marché, et vice versa

RT France : Est-il possible que cette erreur de statistique ait pu influencer les prix du pétrole ?

Nicolas Meilhan : Ce qui est sûr, c’est qu'il ne s'agit pas d'une manipulation. C'est une erreur statistique entre la production, la demande que l’AIE a modélisée et puis ce qu'on retrouve dans le stockage. Sur les 15 dernières années, l’AIE a d’ailleurs chaque année sous-estimé la demande de 700 000 barils de pétrole par jour en moyenne. Il y a de fortes chances que les mêmes causes produisent les mêmes effets et qu’il s’agisse une fois de plus d’une sous-estimation de la demande de pétrole, probablement, d’ailleurs, concernant la Chine.

Aujourd'hui, il est vrai que les traders qui achètent et vendent du pétrole suivent de très près l’évolution des stocks et du surplus de pétrole, donc quand vous avez un surplus de deux millions de barils par jour au lieu d’un seul, cela a clairement un impact sur les prix du pétrole qui se situent à des niveaux historiquement bas.

RT France : Pourquoi donc les prix sont-ils si bas?

Nicolas Meilhan : Ma conviction est que ce qui est déterminant dans la fixation du prix du pétrole, plus que l’équilibre offre-demande, c’est la valeur du dollar. Il y a une corrélation inverse très forte depuis 2003 entre la valeur du dollar et le prix du pétrole. Plus le dollar s’apprécie, plus le pétrole est bon marché, et vice versa. Pourquoi le dollar s’est-il autant apprécié à partir de juin 2014? Parce que la Fed a annoncé la fin de sa politique d’assouplissement monétaire, ce qui a entraîné la chute des prix du pétrole.

L’économie mondiale a besoin d’un dollar faible pour prospérer

RT France : Un rapport récent de Goldman Sachs expliquait que les prix du pétrole ont touché le fond et qu’ils vont progressivement remonter. Etes-vous d’accord avec cette prévision ?

Nicolas Meilhan : Un petit mot sur les prévisions de Goldman Sachs : en juillet 2008, Goldman Sachs nous annonçait un prix du pétrole à 300 dollars, valeur impossible à atteindre puisque vous commencez à détruite la demande marginale de pétrole au-dessus de 120 dollars le baril, ce qui entraîne mécaniquement une baisse des prix. Il y a quelques mois, Goldman Sachs annonçait cette fois-ci le baril à 20 dollars, soit 15 fois moins qu’en 2008… Ces derniers jours, ils se rendent compte qu’ils ont à nouveau dit une ineptie, donc ils sont en train de retourner leur veste, comme un certain nombre d’analystes d’ailleurs.

Si le dollar se dévalue de 13% par rapport à toutes les autres monnaies, on se retrouve avec un pétrole à 80 dollars le baril

RT France : Quelles sont vos prévisions concernant le prix du pétrole ?

Nicolas Meilhan : Les Etats-Unis souffrent en ce moment à la fois de cette crise de surproduction pétrolière qu’ils ont créée, qui impacte leur industrie énergétique mais aussi tous les emplois indirects de services liés, et aussi d’un dollar très fort, qui a retrouvé son niveau de 2002-2003, et qui pénalise fortement les entreprises exportatrices américaines. Elles ne sont d’ailleurs pas les seules à souffrir d’un dollar fort puisqu’un certain nombre d’entreprises des pays émergents se financent aussi en dollars. L’économie mondiale a besoin d’un dollar faible pour prospérer et le problème principal est la guerre des monnaies que se livrent toutes les banques centrales depuis huit ans déjà, alors qu’elles devraient coordonner leurs politiques monétaires pour faire baisser le dollar. J’ai cependant l’impression que la FED a mis «en pause» sa politique de remontée des taux afin de faire tout ce qui sera en son pouvoir pour faire baisser le dollar, quitte à faire un nouvel assouplissement monétaire d’ici la fin d’année.

L’euro devrait donc remonter petit à petit vers des niveaux supérieurs à 1,2 puis 1,25 par rapport au dollar, ce qui entraînera une remontée en flèche des prix du pétrole. En gros, si le dollar se dévalue de 13% par rapport à toutes les autres monnaies, on se retrouve avec un pétrole à 80 dollars le baril, et 100 dollars le baril s’il se dévalue de 20% par rapport à toutes les autres monnaies.

Pour plus de détails concernant la corrélation du prix du pétrole avec la valeur du dollar:
http://leseconoclastes.fr/2016/02/le-petrole-a-90-fin-2016/

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales