Yves de Kerdrel est directeur de la publication de Valeurs Actuelles et directeur des publications du groupe Valmonde. Editorialiste au Figaro, chroniqueur à I-Télé et à Radio-Classique.

La France face à la baisse des naissances

Un couple à Paris© Charles Platiau Source: Reuters
Un couple à Paris

Pour la première fois depuis plus de quinze ans, la France a vu ses naissances chuter en 2015. C’est moins la conséquence de circonstances économiques que d’une perte de confiance des jeunes couples dans l’avenir de notre pays.

C’est officiel, selon l’Insee (l’institut national des statistiques). La France compte aujourd’hui 66,6 millions d’habitants, soit seulement 247.000 de plus qu’il y a un an. Mais ce qui est le plus intéressant dans ce bilan démographique publié cette semaine, c’est que pour la première fois depuis 1999, notre pays a vu le nombre des naissances reculer : de 19.000 en 2015. Ce qui représente une baisse de 2,3 % de la natalité d’autant plus étonnante que cela fait des années que notre population est l’une des plus dynamiques d’Europe avec un nombre toujours croissant de bébés. Que les gouvernements soient de droite ou de gauche. Cette exception française avait pour origine une politique familiale et des modalités bien précises définies à l’époque du Général de Gaulle avec des aides financières, des allocations familiales généreuses, une fiscalité favorable aux familles nombreuses, mais aussi des congés maternité de longue durée et des places en crèche toujours plus importantes.

En massacrant la famille, les socialistes ont fait l’impasse sur le destin de la France

Mais c’était compter sans l’arrivée au pouvoir des socialistes et de personnalités qui ont eu pour obsession dès le départ de déconstruire la famille par tous les moyens possibles. Pour la seule raison que le foyer familial est le seul endroit où sont encore enseignées et transmises un certain nombre de valeurs essentielles ou des «murs porteurs de notre civilisation», comme le dit si joliment Philippe de Villiers. Les familles ont donc été l’un des principaux boucs émissaires de cette gauche pétrie d’idéologie arrivée au pouvoir avec François Hollande. Cela s’est traduit notamment par trois mesures fortes. D’abord sur le plan fiscal avec une pénalisation du niveau de vie de près de 1,5 million de familles, à hauteur de 1 000 euros par an. Ensuite, il y a eu la modulation des allocations familiales. Nouvelle sanction financière estimée à 1 500 euros par an pour 485 000 ménages. Enfin, comme si tout cela ne suffisait pas, les socialistes ont diminué la prestation d’accueil du jeune enfant. Les seules familles qui ne sont pas concernées par ces mesures sont celles issues de l’immigration et dont les revenus sont trop faibles pour donner lieu à une quelconque modulation.

C’est ainsi que meurent les nations, voire les civilisations

Mais ne nous trompons pas : si la France connaît pour la première fois une inversion de la courbe des naissances, ce n’est pas une simple question d’allocations. Cela témoigne d’abord et avant tout de la part des jeunes parents d’un tragique manque de confiance dans l’avenir. La montée constante de l’insécurité physique et sociale, l’intensification des communautarismes, la perte des repères fondamentaux qui constituent le socle d’une patrie, la déstabilisation de la société par une arrivée massive de clandestins et enfin le climat de guerre de religion installé par des islamistes radicaux constituent autant d’éléments qui pèsent sur le moral des ménages et des familles. Les voilà subitement incapables de se projeter dans l’avenir faute de confiance dans une communauté nationale qui devrait les protéger au lieu de les punir et les encourager au lieu de les brider.

«La femme n’allaite pas l’enfant, mais la destinée», avaient coutume de dire les Anciens. Car toutes les sociétés qui nous ont précédés ont eu la sagesse de raisonner en regardant à très long terme. En massacrant la famille pour des raisons idéologiques et budgétaires, les socialistes ont fait l’impasse sur le destin de la France et son avenir dans plusieurs générations. La logique malthusienne des nouveaux ayatollahs de l’écologie ne va rien arranger. C’est ainsi que meurent les nations, voire les civilisations. Et lorsqu’on s’en aperçoit, c’est toujours trop tard.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales