Régionales : «Les prémices d’une nouvelle révolution française»

Des affiches de campagne des régionales Source: Reuters
Des affiches de campagne des régionales

L’urgence pour les hommes politiques est de se mettre à l’écoute de ce que disent les Français, estime l’essayiste et journaliste Ivan Rioufol. Il explique la progression du FN et fait le pronostic du 2nd tour des régionales pour RT France.

RT France: A la suite du premier tour des régionales en France, où le Front National est arrivé en tête dans 6 régions sur 13, vous avez parlé sur votre blog de nouvelle révolution française, qui serait en train de se passer. Quelle est l’origine de cette révolution?

Ivan Rioufol : L’origine de cette révolution est la frustration populaire. C’est-à-dire que depuis 40 ans, il y a toute une partie de la société française qui ne se sent plus représentée par les partis, par ceux qui sont censés la représenter. Il y une crise de la politique, une crise de la démocratie représentative. Depuis 2002 et l’arrivée surprenante de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles, où le message qui a été ainsi lancé par une partie de la société oubliée n’a jamais voulu être entendu. Aujourd’hui on arrive donc à un débordement, une sorte d’irascibilité, d’insurrection civique et que j’estime moi être plus grave encore, et je vois les prémices en effet d’une nouvelle révolution française, étant donné que les partis et les hommes politiques aujourd’hui se sont trop isolés dans leur monde. Aujourd’hui, je vois naturellement que la force du nombre va les obliger à écouter ce que disent les Français.

RT France : Comment cette révolution peut-elle être évitée?

Ivan Rioufol : La sagesse voudrait que les messages, envoyés depuis maintenant 40 ans, soient entendus par ce monde politique. Mais ce monde politique n’est pas sage et n’entend pas les messages malheureusement. Donc je crains, que le monde politique, les professionnels de la politique, ne se résolvent pas à écouter ce que disent les Français, car ce qu’ils disent est de plus en plus majoritairement exactement ce que ne veulent pas entendre les hommes politiques depuis 40 ans. Les hommes politiques ont construit une société libérale et multiculturelle. Or on s’aperçoit que les Français aujourd’hui soit s’abstiennent à 50%, ce qui est énorme, soit votent pour un tiers d’entre eux pour un parti qui défend plutôt une politique identitaire, voire même antilibérale. Donc il faudrait à tout le moins écouter cette majorité, or l’idéologie qui imprègne ces partis empêche toute réactivité. Donc je crains que les partis ne se contentent par une grande efficacité professionnelle, d’étouffer à nouveau le message, et donc le message surgira d’une manière plus violente encore. À moins que l’expression populaire ne s’affirme face au matraquage des professionnels de la politique, mais je n’en suis pas sûr.

RT France : Selon les derniers sondages, ni Marine Le Pen, ni Marion Maréchal Le Pen ne vont gagner. Est-ce que cela veut dire que Le Front Républicain fonctionner ?

Ivan Rioufol : Oui, il peut marcher. Je pense que le fond du problème n’est pas Le Front National mais l’abstention. Ce sont 50% de Français qui s’abstiennent, et comme dit le géographe Christophe Guilluy  «Le profil sociologique de l’abstentionniste est le même que celui de l’électeur FN». Il est possible qu’avec le grand savoir-faire du parti socialiste, les professionnels de la politique arrivent encore à se protéger du tsunami qui s’annonce. S’ils y arrivent, je crois que cela ajoutera à la frustration de ceux qui n’arrivent pas à faire passer le message. Donc, je pense que la meilleure des choses serait que ce message passe dès dimanche afin que l’on évite une radicalisation encore plus grande de toute cette partie de l’opinion, qui sinon ira encore davantage vers les partis extrêmes comme Le Front national. Alors. De mon point de vue, l’urgence d’aujourd’hui, pour la droite en tout cas, est de se mettre à l’écoute de ce que disent les Français, voire même de se rapprocher du Front National puisque la gauche se permet de se rapprocher du parti communiste.

RT France : Comment selon vous se dessine la présidentielle de 2017?

Ivan Rioufol : Elle est imprévisible pour l’instant. Je pense qu’il y a une grande frustration de la part des Français, en tout cas de la mienne, d’avoir à choisir entre les candidats qu’on a déjà vu en 2012. Ce sont les mêmes en 2017. Or aucun de ceux-là, en tout cas en ce qui me concerne, ne représente exactement ce que je désire. Pas plus François Hollande, que Nicolas Sarkozy que Marine Le Pen. Il y a une troisième voie à choisir. Je pense que cette troisième voie est à trouver au cœur de la société civile et au cœur de ces Français qui n’arrivent pas à trouver une offre qui réponde à leur demande. L’offre politique est nulle pour l’instant. L’offre politique se réduit à des partis que l’on connait trop. La présidentielle est indiscernable et mon espoir c’est que la société civile puisse trouver une solution à travers ce que l’on appelle maintenant une sorte d’«uberisation» de la vie politique. C’est-à-dire à travers les plateformes que propose la révolution numérique et les mises en rapport de citoyens, les partis informels, les groupes de pression de cette société civile qui a toute sa place dans le monde politique. Tout cela fera de sorte que les partis, singulièrement la droite, s’ouvrent enfin à la droitisation de la société. Parce que le grand paradoxe de tout cela c’est que la France à l’évidence «se droitise». En 2017 ce pourrait être encore la gauche qui gagne précisément à cause d’une droite artificiellement séparée. 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales