Le président du Conseil scientifique envisage des reconfinements locaux en France

Le président du Conseil scientifique envisage des reconfinements locaux en France© Joël SAGET Source: AFP
Jean-Francois Delfraissy à Paris, le 26 avril 2020.

Le professeur Jean-François Delfraissy a suggéré aux autorités d'envisager des reconfinements locaux dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, qui devrait selon lui sévir jusqu'à l'été prochain.

Invité sur BFM TV le matin du vendredi 9 octobre, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a déclaré qu'il était envisageable de recourir une nouvelle fois à des confinements – au niveau local cette fois – dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. 

«Si à certains moments c’est nécessaire, il faudra le faire», a-t-il fait valoir, précisant néanmoins qu’il fallait «tout faire pour l’éviter», en prenant par exemple des «mesures intermédiaires de couvre-feu». Le médecin a par ailleurs annoncé que les Français auraient selon lui «six mois difficiles à passer», et qu’il fallait par conséquent qu’ils apprennent à vivre avec le virus «jusqu’à l’été prochain».

Alors que les métropoles lilloise, grenobloise, lyonnaise et stéphanoise basculent le 10 octobre en «alerte maximale», synonyme de nouvelles restrictions sanitaires, Jean-François Delfraissy a défendu l’importance de ces mesures en comparant la stratégie du gouvernement à une «cocotte-minute» : «La cocotte-minute, on la laisse souffler un peu, on laisse partir la vapeur, ensuite on ferme pendant quinze jours ou trois semaines, on prend des mesures de restriction.»

Jean-François Delfraissy a par ailleurs réclamé une vision de long terme, alors que selon l’Inserm seuls 4,5% des Français ont développé des anticorps contre le Covid-19 (11 à 12% en région parisienne) et qu’il faudrait que ce chiffre atteigne 50 à 60% pour que l’immunité collective soit effective.

Le Conseil scientifique sous le feu des critiques

Créé le 11 mars 2020 par le ministre de la Santé Olivier Véran, le Conseil scientifique est chargé d'éclairer la décision publique dans le but de lutter contre la pandémie de Covid-19. Mais son rôle dans la gestion de la crise sanitaire, ainsi que les mesures qu'il suggère au gouvernement, font face à de nombreuses critiques.

La Mairie de Marseille a ainsi décidé de se doter d'un organisme similaire au niveau municipal pour permettre à la cité phocéenne de «gérer au mieux les problèmes de santé publique», selon la deuxième adjointe à la mairie, Samia Ghali.

Le plus médiatique des membres du Conseil scientifique, le professeur Didier Raoult, en avait claqué la porte avec fracas en mars dernier. Il lui reproche, entre autres, un manque de fiabilité scientifique, et considère qu'il devrait se concentrer sur la recherche d'un traitement plutôt que sur des décisions régaliennes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»