L'ECHIQUIER MONDIAL. Eglise orthodoxe : vers un schisme religieux et politique

Suivez RT France surTelegram

Après la décision du patriarcat de Constantinople de reconnaître l’Église autonome d’Ukraine, l’unité du monde orthodoxe est mise à l’épreuve. Certains acteurs géopolitiques en profitent pour promouvoir leurs propres intérêts.

Une fracture de taille se creuse au sein de l’Église orthodoxe. En cause, la décision du patriarche de Constantinople Bartholomée d’octroyer un Tomos d’autocéphalie à l’Eglise autonome d’Ukraine. Trois Eglises orthodoxes soutiennent aujourd’hui cette décision : celles de Grèce, de Chypre et d’Alexandrie. La décision de Bartholomée est aussi accueillie à bras ouverts par les Etats-Unis qui renforcent de plus en plus leur coopération avec le Phanar. Les deux parties se disent prêtes à coopérer en matière de défense de la liberté religieuse.

De son côté, l’Eglise orthodoxe russe qualifie d’illicite l’octroi du «tomos» à l’Église autonome d’Ukraine et rompt tous les liens avec les Eglises ayant soutenu cette décision. Or, l’Eglise autonome d’Ukraine n’est pas seule à menacer l’unité du monde orthodoxe. La Macédoine du Nord demande aussi l’autocéphalie pour son Église qui se trouve actuellement sous l’autorité du patriarcat de l’Eglise orthodoxe serbe. Un autre exemple est le Monténégro où le Parlement adopte fin 2019 une loi controversée qui risque d’ouvrir la voie à des confiscations de biens de l’Eglise orthodoxe serbe pour le compte de l’Eglise monténégrine minoritaire.

Comment le schisme orthodoxe est-il utilisé à des fins géopolitiques ? Comment la réception du Tomos a-t-elle influencé la situation religieuse en Ukraine ? Quelle est l’origine de toutes ces divisions ? Pour répondre à ces questions, Oleg Shommer reçoit Raphaël Liogier, philosophe et sociologue, professeur à Sciences Po Aix.

L'ECHIQUIER MONDIAL. Irak : entre le marteau et l’enclume

Découvrir plus de programmes

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix