L'ECHIQUIER MONDIAL. Irak : entre le marteau et l’enclume

Pris en étau entre ses deux puissants partenaires, les Etats-Unis et l’Iran, l'Irak cherche à diversifier ses alliances dans la région sur fond de fortes turbulences internes. A quoi ressemble la vie politique en Irak aujourd’hui ?

ERRATUM :

  • à 10:25 de la vidéo, veuillez lire « 1 février 2020 – 1 mars 2020 » et pas 2019
  • à 10:36 de la vidéo, veuillez lire « 17 mars 2020 – 9 avril 2020 » et pas 2019

En Irak, les tensions ne s’apaisent pas ; depuis le mois de décembre, la contestation populaire prend de l’ampleur pour dénoncer les mesures d’austérité imposées par les autorités irakiennes. Celles-ci disent ne pas avoir d’autre solution face à la profonde crise économique et sociale. La situation sécuritaire empire, elle aussi. Profitant du confinement, les djihadistes de l’Etat islamique lancent les unes après les autres des attaques contre militaires et civils irakiens.

À l’international, Bagdad reste coincé entre les Etats-Unis et l’Iran. Dès sa prise de pouvoir en mai 2020, le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi endosse le rôle d’équilibriste. Il se rend en visite en Iran où un accord est conclu pour développer les relations bilatérales. Ensuite vient la rencontre avec Donald Trump à la Maison Blanche, et les avancées sont nombreuses, là aussi : Washington exempte temporairement l’Irak des sanctions anti-iraniennes et promet de fermer les yeux sur l’achat d'hydrocarbures auprès de Téhéran. Trump promet aussi de retirer une partie des forces américaines du sol irakien. En même temps, al-Kadhimi se tourne aussi vers d’autres partenaires à l’international : il se rapproche ainsi de Riyad et entame un dialogue avec Paris et Moscou.

Quels avantages cette diversification diplomatique apporte-t-elle à l’Irak ? Comment al-Kadhimi réussit-il à jongler entre l’amitié de Washington et la coopération avec Téhéran ? Quelle est l’ampleur de la crise économique et sociale en cours ? Pour répondre à ces questions, Oleg Shommer interroge Myriam Benraad, docteur en sciences politiques de l’Institut d’études politiques de Paris.

L'ECHIQUIER MONDIAL. Antarctique : vers un dégel géopolitique ?

Découvrir plus de programmes

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»