Barack Obama a prolongé d’un an les sanctions contre la Russie

Le président américain Barack Obama© Sergueï GouneevSource: RIA NOVOSTI
Le président américain Barack Obama

Le président américain a décidé de prolonger d’un an les sanctions contre les personnes et les entreprises russes introduites dans le courant de l’année 2014. Pour Barack Obama, une menace pour la sécurité des Etats-Unis subsiste encore.

Dans une déclaration officielle, le chef de l’Etat américain Barack Obama a annoncé avoir prolongé d’une année les sanctions contre la  introduites progressivement l’année dernière. Dans la même déclaration, Barack Obama a également prolongé d’un an le régime d'urgence nationale imposé au vu de «la menace exceptionnelle et extraordinaire à la sécurité nationale et à la politique étrangère des Etats-Unis». Le président américain a estimé que «les actions et les politiques» qui ont poussé son gouvernement à décréter ces mesures constituent toujours un risque pour la sécurité américaine.

Cette décision a été prise malgré la conclusion d’une trêve entre les forces gouvernementales ukrainiennes et les milices populaires du . Conformément aux accords de Minsk 2 signés le 12 février 2015, les deux parties ont procédé au retrait des armes lourdes de la ligne de front.

Les sanctions américaines contre la Russie visent de hauts responsables russes, ainsi que plusieurs sociétés du secteur financier, énergétique et militaire. L’Union européenne (UE) a elle aussi décrété des sanctions contre Moscou. Son dernier train de mesures a été introduit le 16 février dernier.

En savoir plus : Nouvelles sanctions européennes : une drôle de manière d'accompagner la trêve en Ukraine

Le 7 août 2014, en réponse aux sanctions prises contre elle, la Russie a décrété un embargo sur les importations de produits alimentaires en provenance de l’UE, des Etats-Unis, de l’Australie, du Canada et de la Norvège.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales