Première en Irak, une femme à la mairie de Bagdad

Bagdad© Oleg Lastotchkin Source: RIA NOVOSTI
Bagdad

Une femme a été nommé maire de Bagdad pour la première fois dans l’histoire irakienne par le premier-ministre Haïder al-Abadi, tandis que la corruption et la violence continuent de faire rage à travers le pays.

Zekra Alwach, ingénieur civil et directrice générale du ministère de l'Enseignement supérieur, a pris ses fonctions dimanche, selon une source municipale citée par l’agence AFP. En plus d’être la première femme à occuper un poste de maire en Irak, Zekra Alwach est également la seule femme à diriger la capitale d’un pays membre de la Ligue arabe.


Elle a succédé à l’ancien maire ancien de Bagdad Naim Aboub qui a été licencié la semaine dernière. «Haïder al-Abadi a limogé le maire Naim Aboub et nommé Zekra Alwach pour le remplacer », a dit le porte-parole du gouvernement Rafed Jouburi.
Même si le limogeage de Naim Aboub n’est pas considéré comme une sanction, son incompétence avait été largement critiquée par les habitants de la capitale irakienne sur les réseaux sociaux.


«Naim Aboub est un clown. Haïder al-Abadi aurait dû le limoger dès le début», a confié à l’AFP, Yasser Saffar, boulanger de Bagdad en ajoutant : «Toutes ses déclarations étaient ridicules».


Au poste de maire, Zekra Alwach, réputée pour ses talents de technocrate compétente, travaillera en contact en direct avec Haïder al-Abadi. Cette désignation a créé la surprise dans un pays qui est régulièrement pointé du doigt par des groupes de défense des Droits de l'Homme pour la discrimination et les violences faites aux femmes.


Selon le rapport de l’ONU de 2014, au moins un quart des femmes iraquiennes sont analphabètes et seulement 14% travaillent.


Zekra Alwach entre en fonction alors que le pays traverse une période difficile où les autorités doivent affronter une violence sectaire et lutter contre les militants de l’Etat Isamique qui se sont emparés de grandes potions des territoires irakien et syrien.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales