Lavrov : les USA veulent empêcher la Russie de coopérer avec l’Europe

Serguï Lavrov face aux journalistes Source: RIA NOVOSTI
Serguï Lavrov face aux journalistes

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov donne une interview à Margarita Symonian, rédactrice en chef de RT, Alexeï Venediktov, chef de la radio Echo de Moscou et Sergueï Dorenko, responsable de l'agence Service russe d'information.

Barack Obama a déçu la Russie

Interrogé par Margarita Symonian, rédactrice en chef de RT, sur la question de savoir s’il n’était pas frustré par Barack Obama, le ministre des Affaires étrangères a répondu que Moscou avait placé de grands espoirs dans le président Barack Obama, mais qu’il y avait eu plusieurs conflits illogiques qui ne correspondaient pas aux intérêts de stabilité.

«Je ne voudrais pas faire de remarques sur sa personne mais il y a eu beaucoup d’espoir… le prix Nobel de paix … qui ont été suivis de guerres absolument illogiques qui ne correspondaient pas aux intérêts de stabilité», a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview pour les médias.

Daesh est le produit des Etats-Unis

Selon Sergueï Lavrov, les Etats-Unis refusent d’admettre que Daesh est le résultat de leurs actions en Irak, en Libye et en Syrie. La Russie a proposé d’inscrire l’Etat Islamique sur la liste des organisations terroristes, mais les Etats-Unis ont refusé de le faire. Washington estime que Daesh n’est pas une organisation distincte, qu’elle fait partie d’Al-Qaïda. «C’est parce que Daesh aussi que est le résultat de leurs actions au Moyen-Orient», a fait remarquer Sergueï Lavrov dans une interview.
Par ailleurs, Al-Qaïda aussi a été organisé suite aux actions des Etats-Unis à l’époque, a déclaré le ministre russe.

Daesh est pour le moment l’ennemi principal de la Russie, a fait savoir Sergueï Lavrov. Il a expliqué cela par le fait que des centaines de Russes, d’Européens et d’Américains luttaient aux côtés de l’Etat islamique.

Les relations entre l’UE et la Russie

En ce qui concerne les relations entre la Russie et l’Union Européenne, Sergueï Lavrov affirme qu’un partenariat ouvert entre Moscou et Berlin est nécessaire pour secouer l’Union. Ce partenariat est aussi nécessaire pour identifier nos propres intérêts afin de ne pas livrer la politique de l’UE à la discrétion des marginaux qui suivent des ordres transatlantiques, a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview. L’objectif des USA est d’empêcher la Russie de développer sa coopération avec l’Europe, surtout avec l'Allemagne, a ajouté le ministre.

Kiev veut scinder l’Ukraine

«Nous voulons que la paix et le calme reviennent en Ukraine. Pour cela, il faut que l’Ukraine reste unie, ne pas permettre de la déchirer en morceaux», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères. Selon lui, de telles pensées règnent dans certaines parties de l’Europe, plus particulièrement dans les pays qui, après la seconde guerre mondiale, ont cédé leurs territoires à l’Etat ukrainien actuel.

Mais aux yeux du ministre russe, Kiev fait tout pour scinder le pays, soit pour étouffer les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, soit pour les faire sortir du pays. Le blocus économique et le non-paiement des factures ont pour but de diviser le pays. Le déploiement de casques bleus de l’ONU en Ukraine impliquerait une division physique de l’Ukraine, a encore expliqué Sergueï Lavrov, avant d’ajouter : «Je ne vois pas à quoi ça sert»

La livraison des S-300 est légitime

Le ministre russe a également évoqué la livraison des missiles russes S-300 à Téhéran. Ceux qui veulent frapper l’Iran y penseront à deux fois, a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview. Moscou ne veut pas que l’Iran partage le destin du Yémen, a expliqué le ministre. «C’est notre droit. Nous n’avons rien violé. Nous l’avons fait pour inciter l’Iran à une approche plus constructive dans les négociations», a précisé Sergueï Lavrov. Le chef de la diplomatie russe a appelé à tenir compte de la différence principale entre les S-300 russes et le bouclier antimissile américain : les S-300 servent à se protéger contre des frappes aériennes, le bouclier antimissile «vise directement les forces stratégiques de dissuasion nucléaire».

Des projets gaziers entre Gazprom et l’UE

Interrogé sur la façon dont il concevait l’évolution des relations entre Gazprom et l’UE, Sergueï Lavrov a déclaré qu’il était sûr que les deux partis réussiraient à parvenir à un accord et à développer de nouveaux projets gaziers.

Sergueï Lavrov et les secrétaires d’Etat américains

En répondant à la question «Avec quel secrétaire d’Etat américain a-t-il été, pour vous, le plus agréable de travailler ?», Lavrov a répliqué tout simplement qu’il était très agréable de travailler avec tous les secrétaires d’Etat, mais a par la suite révélé un «petit secret» concernant Madeleine Albright : «Elle m’avait permis de fumer dans sa suite de l’hôtel Waldorf-Astoria. C’est comme ça que nous violions avec elle la loi américaine, jadis plus libérale», a raconté Lavrov.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales