Les manifestations continuent près de l’UQAM au centre-ville de Montréal, 182 personnes arrêtées

Un rassemblement des étudiants de l'UQAM © Photo de Twitter de @MlauDelaineyTVA
Un rassemblement des étudiants de l'UQAM

Des manifestations spontanées se sont déroulées jeudi à l'UQAM et au centre-ville de Montréal après des perturbations sur le campus. Les manifestants ont été rapidement dispersés par les policiers, 182 militants ont été interpelés.

Une manifestation organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante a eu lieu à quelques coins de rues de l'UQAM en soutien à ceux qui avaient manifesté contre la présence  dans le campus de l’université la veille.

Mais les participants n’ont pas indiqué leur itinéraire, ce qui a motivé la mise en œuvre du règlement P-6 par les policiers qui ont réprimé la manifestations à l’aide de gaz irritants.

Un autre groupe de manifestants qui se trouvait à côté a essayé de protester contre les actions de la police, ils ont été tenus à l’écart puis dispersés à coups de grenades lacrymogènes.

Une troisième manifestation s’est produite dans le pavillon Hubert-Aquin de l’UQAM contre le jugement en référé sollicité par l’UQAM en vue d’empêcher toute entrave aux cours, des appels à la démission du recteur Robert Proulx ont été prononcés.

Les étudiants qui assistaient aux cours ont décidé de quitter le pavillon pacifiquement, quelques policiers étaient dans le bâtiment mais une présence policière beaucoup plus élevée a été observée à l’extérieur du pavillon. La police a rapidement coupé court au rassemblement.

Selon le bilan du Service de Police de la ville de Montréal (SVPM), 182 étudiants ont été interpellés lors des opérations. Ils sont accusés de violation du règlement P-6 contre les manifestations ponctuelles menées sans l'accord des autorités.

Neuf étudiants ont été expulsés de l’UQAM, leurs camarades dénoncent des mesures répressives contre le mouvement étudiant, le recteur de l'UQAM Robert Proulx insiste que les raisons des renvois «sont d’une autre nature».

«Le comité exécutif ne va expulser personne ni pour des raisons , ni pour avoir appartenu à des associations, ni pour avoir milité pour des causes», insiste le recteur.

La communauté universitaire québécoise, depuis 2010, se mobilise régulièrement contre les coupes budgétaires dans l’enseignement qui ont atteint un total de sept milliards de dollars et les conséquences négatives de cette politique qui se sont fait sentir sur les campus de toute la province. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales