Catastrophe de l’avion présidentiel polonais: entourage de Kaczyński a forcé les pilotes à atterrir

Des experts sur le lieu du carash© Sergei Karpukhin Source: Reuters
Des experts sur le lieu du carash

Le parquet militaire polonais, qui enquête sur la catastrophe de l’avion présidentiel TU-154M près de Smolensk en Russie, a décidé de révéler les sténogrammes des pilotes, selon lesquels l’entourage de Lech Kaczyński a forcé les pilotes à atterrir.

Le parquet avait refusé de révéler ces documents, mais une transcription a fait l'objet d'une fuite. Elle confirme que l’entourage de Lech Kaczyński a forcé les pilotes à atterrir malgré un brouillard épais. Des enquêteurs polonais ont réussi à déchiffrer 30% des conversations du cockpit au moyen de différents équipements.

Selon la transcription, l’équipage s’inquiétait des conditions météorologiques à l’aéroport de Smolensk et voulait se diriger vers un autre aéroport. Mais les pilotes ont été forcés d’atterrir dans le brouillard épais pour que le président arrive sans délai.

«Nous essaierons [d’atterrir] jusqu’à ce que nous y arrivions», avait ordonné au capitaine de bord Mariusz Kazana, directeur du protocole diplomatique du ministère polonais des Affaires étrangères, 15 minutes avant le crash.

Le commandant en chef de l'armée de l'air, le général Andrzej Blasik, est resté dans le cockpit jusqu’au moment où  a heurté le sol, causant 96 morts, y compris le président polonais, sa femme et de nombreux hauts responsables. «C’est un fait, nous devons nous accrocher jusqu’à la fin», a dit la voix de Blasik selon la transcription. Puis il a encouragé les pilotes : «Ajustez-vous. Soyez plus courageux.»

La Commission d'enquête polonaise a déclaré que le crash a été causé par une descente à basse altitude inacceptable à une vitesse excessive dans des conditions météorologiques qui excluaient un contact visuel avec la surface d'atterrissage.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales