Rapport espagnol : des roquettes israéliennes auraient visé les soldats de la paix de l'ONU au Liban

Les forces de maintien de la paix de l'ONU au Liban Source: Reuters
Les forces de maintien de la paix de l'ONU au Liban

Des militaires israéliens auraient pris pour cible une tour d’observation des casques bleus au Liban, ce qui aurait causé la mort d’un soldat espagnol en janvier, a signalé un rapport espagnol citant des témoignages du personnel de l’ONU.

Un caporal espagnol du nom de Francisco Javier Soria Toledo, qui était membre de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), a été tué lors des combats entre  israélienne et le groupe libanais Hezbollah à la frontière israélo-libanaise le 28 janvier. L’armée israélienne a bombardé la zone après qu’une attaque du Hezbollah a tué deux soldats israéliens.

«A chaque fois, ils [les Israéliens] décalaient la trajectoire de leurs missiles plus près d’El Majidiye au poste 4-28" où les forces de maintien de paix de  étaient stationnées», a raconté le caporal Ivan Lopez Sanchez qui se trouvait à côté de la tour d’observation, selon le journal El Pais qui a vu ce rapport.

Le journal a publié le témoignage d’un autre militaire espagnol, le sergent Julio Xavier Garcia, qui a dit que les obus sont tombés initialement à environ 500 mètres au nord du poste de l’ONU et que leur trajectoire a ensuite été progressivement «rectifiée vers les positions [du poste d’El Majidiye]». Julio Xavier Garcia a ajouté qu’il s’est abrité près de la tour «pour voir clairement que c’était un bombardement régulier» et que «les obus s’approchaient».

En savoir plus : Liban : les casques bleus ont filmé l’impact des obus israéliens (VIDEO)

«Les premiers obus sont tombés derrière une mosquée près d’El Majidiye et puis se sont rapprochés vers la droite, de plus en plus près», a dit un autre témoin, le soldat Christian Martinez, ajoutant que les deux dernières explosions étaient très près : «l’une s’est produite derrière un mur de béton dans le parking et l’autre a touché directement la tour principale».

Le quotidien espagnol a aussi cité un rapport de l’ONU selon lequel les forces israéliennes ont prévenu à 11h39 (heure locale) que les forces de maintien de paix de l’ONU devraient rester à leurs positions et ne pas quitter la tour sans donner de détails.

Selon le rapport, l’armée israélienne a tiré sur la zone au moins 188 obus d’artillerie, 90 grenades et cinq projectiles entre 11:48 et 1:43 (heure locale).

L’Espagne et Israël ont convenu d’effectuer une enquête conjointe sur la mort du caporal.

En savoir plus : Israël rend le Hezbollah responsable de la mort du casque bleu espagnol à la frontière libanaise

Plus tard en janvier, on a diffusé une vidéo qui prétendait montrer le moment de l’attaque. Les images ont suggéré que l’artillerie israélienne, qui répondait à une attaque de roquette de Hezbollah, pourrait être responsable.

La vidéo va dans le sens de la déclaration de l’ambassadeur espagnol auprès de l’ONU selon laquelle l’origine du missile qui avait tué le soldat espagnol était israélienne. Le ministre des Affaires Etrangères Jose Manuel Garcia-Margallo a dit que le missile était «probablement» venu des forces israéliennes.

La mission de maintien de paix de l’ONU dans le sud du  est déployée depuis 1978 et comprend 600 soldats espagnols sur 10 000 hommes composant la force.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales