Nucléaire iranien : qui veut quoi? (PHOTOS, VIDEO)

Nucléaire iranien : qui veut quoi? (PHOTOS, VIDEO) Source: RIA NOVOSTI
Les négociations entre le Téhéran et le groupe 5+1 en 2013

Les pourparlers autour du programme nucléaire iranien, qui a valu à Téhéran une floppée de sanctions internationales, ont atteint une étape cruciale à Lausanne. RT France explique les positions des acteurs des négociations.

L'Iran

Personnage principal des négociations et centre de la controverse, l’Iran insiste sur le caractère civil de son programme et exige en conséquence la permission de le poursuivre et la levée des sanctions internationales imposées par les Etats-Unis puis par les Nations Unies en 2006 après son refus de suspendre le programme. Les sanctions visent plusieurs secteurs vitaux de son économie, notamment l’industrie pétrolière, la sphère financière et Internet.

Nucléaire iranien : qui veut quoi? (PHOTOS, VIDEO) Source: Reuters
Une vue générale de la centrale nucléaire de Bouchehr

Les Etats-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni

Les Etats-Unis ont été le premier Etat à accuser l’Iran de développer clandestinement l’arme nucléaire, ce qu’ils jugent «inacceptable». Le gouvernement américain, d'abord, a exigé le renoncement total de l’Iran à l’enrichissement de l’uranium, puis a imposé des sanctions en vue d’isoler l’économie iranienne pour empêcher l’évolution du programme. Face à la nécessité de trouver un compromis, les Etats-Unis ont pourtant nuancé leur approche en réclamant l’établissement de quotas nucléaires précis pour l’Iran, allant du nombre exact de centrifugeuses en fonction jusqu’aux changements spécifiques à apporter dans le réacteur pour limiter la production de plutonium, qui peut être lui aussi utilisé pour la fabrication de bombes. La position ferme de Washington est partagée par l’Allemagne et le Royaume-Uni.

La France

La France défend également une position stricte, alignée sur celle des Etats-Unis, envers le programme nucléaire de l’Iran, en dépit d’une attitude conciliante au début de la crise en 2003. A l’approche du délai de fin mars 2015 pour parvenir à un accord, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius concède la nécessité de limitations importantes des volumes d’enrichissement d’uranium.

Nucléaire iranien : qui veut quoi? (PHOTOS, VIDEO) Source: Reuters
John Kerry et Laurent Fabius

Bien que la France insiste sur le besoin de prévenir le développement d’une bombe atomique en Iran, Laurent Fabius a cependant précisé que ce pays a pleinement le droit d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins civiles.

La Chine: coopération pacifique

Pékin, depuis longtemps, soutient une coopération active avec l’Iran, et notamment dans le domaine nucléaire. Depuis les années 80, Pékin a contribué au développement des technologies nucléaires et a participé à la construction des premières sites d’enrichissement d’uranium iraniens. Sa proche relation avec l’Iran a permis à la Chine de jouer le rôle de conciliateur aux moments difficiles des pourparlers. Bien que le pays ait adhéré à la position commune contre la possibilité pour l’Iran d’élaborer une arme nucléaire, elle affiche son soutien au programme nucléaire civil de l’Iran.

La Russie

Moscou a participé également au développement par l’Iran des technologies nucléaires dont la première centrale centrale a été construite avec le concours d’experts russes. Kremlin estime que le pays a le droit d’enrichir l’uranium sur son sol, adoptant une approche modéré du problème iranien et privilégiant la recherche d’un compromis qui satisferait toutes les parties.

Nucléaire iranien : qui veut quoi? (PHOTOS, VIDEO) Source: RIA NOVOSTI
Mohammad Javad Zarif et Sergueï Lavrov

Les 5+1... et Israël?

Même si Israël ne fait pas parti du groupe des négociateurs, son Premier ministre Benyamin Netanyahou a plusieurs fois exprimé sa préoccupation face au programme nucléaire iranien, estimant que le caractère pacifique du programme ne peut pas être assuré et exigeant sa fermeture. Selon le responsable, ce programme pourrait déstabiliser sérieusement la situation au Moyen-Orient et compromettre la sécurité d’Israël et du monde entier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»