Sergueï Lavrov : on ne peut pas permettre que la situation au Yémen dégènere en conflit irano-arabe

On ne doit pas perdre le contrôle de la situation au Yémen, il faut arrêter tout recours à la force, a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse après sa rencontre avec son homologue vanuatan Sato Kilman.

«Nous sommes très préoccupés par ce qui se passe au , on ne doit pas perdre le contrôle de la situation. Notre approche insiste sur la nécessité d’arrêter tout recours à la force», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Selon Sergueï Lavrov, le conflit doit être résolu sur un territoire neutre.

«Le groupe Ansar Allah doit arrêter les combats au sud du Yémen, la coalition doit cesser les raids aériens sur le territoire du pays et les deux parties – le Président Hadi en exil et la milice houthie - doivent reprendre les négociations», a dit Lavrov aux journalistes à .

La Russie continue à contacter l’Egypte et d’autres pays du golfe pour trouver une solution au conflit, a souligné le ministre russe des Affaires étrangères.
«Bien sûr, nous discutons toujours de ces questions ainsi que de la situation en Syrie et d’autre sujets avec l’Egypte. Nous avons aussi des liens réguliers avec l’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golfe», a dit Sergueï Lavrov. 

Le Yémen est déchiré par une guerre civile entre les forces rebelles shiites basées à Sanaa et le gouvernement sunnite qui se trouve dans la ville portuaire d’Aden. Le président du Yémen, après avoir quitté le pays, a été accueilli à Ryad, capitale de l'Arabie saoudite. Les Houthis sont vus par les pays de la coalition arabe comme étant soutenus par  shiite. Téhéran, cependant, nie  livrer des armes à Sanaa et apporter un quelconque soutien aux rebelles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales