Le Royaume-Uni crée un fonds de «réforme politique et économique» pour l’Europe de l’Est

Le Premier ministre britannique David Cameron Source: RIA NOVOSTI
Le Premier ministre britannique David Cameron

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé la création d’un fonds gouvernemental qui fournira jusqu’à 20 million d’euros pendant la première année à cinq pays européens, y compris l’Ukraine.

L’objectif affiché par le gouvernement britannique est le soutien à la «stabilité dans la région» et la prévention de l’«intimidation» russe.

«Le Fonds de bonne gouvernance» vise à soutenir les gouvernements d’Ukraine, de Géorgie, de Moldavie, de Serbie et de Bosnie-Herzégovine dans l’exécution de réformes politiques et économiques, a dit  au sommet européen de Bruxelles vendredi.

Le programme, qui s’étendra sur plusieurs années, prévoit l’octroi de 28 millions d’euros en 2015 et 2016. La somme comprend sept millions d’euros de soutien qui ont déjà été proposés par le département du Développement international du gouvernement britannique à l’Ukraine.

«S’assurer que nous avons des partenaires forts à la frontière de l’UE n’est pas essentiel seulement pour la sécurité de la Grande-Bretagne mais aussi pour notre prospérité à long terme», a dit le Premier ministre.

«L’expertise du Royaume-Uni peut jouer un rôle crucial concernant la construction d’une stabilité durable dans la région, surtout devant l’intimidation de la , et il est bon pour nous d’intensifier nos efforts avec les partenaires internationaux».

Le fonds est basé sur le modèle du programme intitulé «Know-How Fund» établi en 1989 par l’ex-Première ministre britannique Margaret Thatcher à la suite de la chute du mur de Berlin. Le fonds avait été développé pour soutenir les pays cherchant à se soutraire de la sphère d’influence de l’ex-Union soviétique, tels que la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne et la République démocratique allemande.

Les dirigeants européens, en parallèle, ont convenu de maintenir les sanctions économiques contre la Russie jusqu’à ce que l’accord Minsk-2 soit «complètement appliqué», selon les dires du président du Conseil européen Donald Tusk.

La Russie a appelé ses partenaires européens à prendre des mesures vis-à-vis la non-application par  de l’accord de Minsk. En particulier, Moscou s’est adressé à Paris et à Berlin, les garants européens de l’accord, leur priant de réagir à ce que la Russie qualifie de sabotage de l’accord de paix de la part de Kiev.

Jeudi, la Russie a soumis un projet de résolution au Conseil de Sécurité de l’ONU qui soutient la mise en œuvre des accords de Minsk, et plus particulièrement la concertation entre Kiev, Lougansk et Donetsk au sujet du processus électoral dans les régions de l’est.

En savoir plus : la Grande-Bretagne fournira une aide militaire «non létale» à l’Ukraine

Le fonds britannique encourage «un traitement correct de l’actualité» en Europe de l’est

La liste des activités que le Fonds de bonne gouvernance est destiné à appuyer comprend «le renforcement des médias indépendants pour assurer un traitement médiatique équilibré et correct des actualités et des affaires publiques».

En mars, Reuters avait obtenu une copie d’un projet de résolution du Conseil européen transmis à Federica Mogherini, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, qui suggérait à la diplomate d’annoncer «un plan d’action» en soutien à la «liberté des médias» dans l’UE au prochain conseil européen à Bruxelles.

«Le Conseil européen souligne la nécessité de faire face aux campagnes de désinformation de la Russie et invite la haute représentante à préparer pour la session du Conseil européen en juin prochain un plan d’actions sur la communication stratégique en soutien à la liberté des médias et aux valeurs européennes», lit-on dans le projet de résolution.

Les , qui se sont inquiétés de l’impact croissant de la voix de la Russie, ont visiblement montré la voie à suivre à l’UE.

Récemment, le secrétaire d’Etat John Kerry a plaidé pour une rallonge de 600 millions d’euros au Congrès américain afin d'«aider nos amis en Ukraine, en Géorgie et en Moldavie qui s’emploient à renforcer leurs démocraties et à résister à la pression russe».

En savoir plus : Washington augmente son budget de contre-propagande et réfléchit à un soutien pour l’Ukraine

Kerry a souligné que plus d’argent doit être versé dans la guerre de l’information et les programmes de la «promotion de la démocratie» partout dans le monde. RT a été mentionnée en particulier comme l’adversaire à devancer.

Alors que le Royaume-Uni s'apprête à consacrer des millions d’euros à ses visées géopolitiques en Europe de l’est, les autorités du pays échouent à lutter contre la pauvreté croissante dans leur propre pays, comme l'a souligné l’analyste politique John Wight à RT.

«Il est incroyable qu’on donne 28 millions d’euros pour aider l’Ukraine, la Géorgie etc., mais qu’on ne trouve pas d’argent pour soulager la pauvreté aggravée subie par 13 millions d’habitants du Royaume-Uni dont 3,5 millions d’enfants», a-t-il déclaré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales