Le Premier ministre turc compare Assad à Hitler

Le Premier ministre turc compare Assad à Hitler Source: AFP
Ahmet Davutoglu, Premier ministre turc

«Serrer la main d’Assad revient à serrer la main d’Hitler», c’est ce qu’a déclaré le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu en réponse aux récentes déclarations américaines appelant à rétablir un dialogue avec le pouvoir syrien en place.

C’est dans son discours hebdomadaire face aux députés de son Parti de la justice et du développement (AKP) que le Premier ministre turc en fonction depuis Aout 2014 s’est exprimé.

Cette déclaration intervient alors que syriens et américains se répondent par médias interposés sur leur disposition à discuter.

Le secrétaire d’Etat américain  a concédé dans une interview a CBS News : «Nous devons négocier en fin de compte» ouvrant la porte du dialogue pour la première fois depuis le début du conflit syrien, alors que jusque maintenant la diplomatie américaine maintenait que le président syrien devait quitter son poste pour qu'une solution au conflit soit trouvée.

En réponse, le président Syrien Bachar el-Assad a dit attendre «des actes pour prendre une décision».

A la suite de l’émoi du dirigeant turc, la porte-parole Jen Psaki a tenu à préciser que la position américaine n’avait pas bougé et qu'il «n'y a pas d'avenir pour un dictateur brutal comme Assad en ». Ahmet Davutoglu s’est par la suite «félicité» de cette mise au point.

Ce n’est pas la première fois qu’un dirigeant turc effectue cette comparaison. Déjà en 2011, Recep Tayyip Erdogan, l’actuel président alors Premier ministre, avait invité Bachar el-Assad a quitter le pouvoir en tirant les enseignements de la fin des leaders tels que «Hitler, Mussolini, et Ceausescu».

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, la guerre civile en Syrie compte plus de 215 000 victimes depuis l'éclatement de l'insurrection de mars 2011 contre le régime de Bachar el-Assad. 

Cette guerre civile et le chaos qui en a découlé a vu l'émergence d'un nouvel ennemi : , une organisation terroriste qui contrôle désormais de vastes pans du territoire syrien.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»