Libye : le pays se dirige vers une nouvelle guerre civile (VIDEO)

Le chaos s’est abattu sur le pays après la mort de son dernier président, le colonel Mouammar Kadhafi. Les factions contrôlant les différentes parties de la Libye n’ont pas mené les négociations prévues le 11 mars sous l’égide de l’ONU.

La Libye doit faire face à la menace croissante d’une nouvelle guerre civile. Le gouvernement qui ne contrôle que quelques villes clés en  s'est lancé dans des attaques et des frappes aériennes de représailles avec la faction rebelle qui contrôle la capitale Tripoli.

La Libye a plongé dans le chaos dès que les rebelles soutenus par l’OTAN sont parvenus à faire disparaître l’homme fort du pays en 2011. Et cette anarchie empêche son fils, Saif Kadhafi, d’être jugé au cours d’un procès équitable.

Détenu dans la ville de Zintan qui est aux mains d’une tribu locale, il est recherché pour être traduit devant la Cour pénale internationale. Le gouvernement officiel libyen qui siège maintenant dans la ville de Tobruk rêve de l’envoyer à La Haye mais les milices tribales refusent d’expulser Saif et ont l’intention de le poursuivre elles-mêmes.

John Jones, l'avocat de Saif Kadhafi, a déclaré que cela aboutirait à un procès qui serait loin d’être équitable et impartial. «Je n’ai aucun contact avec lui depuis sa mise en détention il y a 3 ans. En Libye, on voit des parodies de procès, c’est la seule façon dont je peux les décrire. Mais pour autant que je le sache, il n’a pas de représentant légal. Toute la procédure se déroule sous la menace des armes», - a-t-il raconté. Et d'ajouter que «les médias occidentaux ne s’intéressent pas à ce procès parce que cette justice est décourageante, après une folle dictature».

Selon la Cour pénale internationale qui a accordé un commentaire à RT, «la Libye n'a pas réussi à se conformer aux demandes de la Cour et de lui remettre Saif Al Islam Kadhafi». Le représentant du tribunal a toutefois souligné que malgré l'adhésion de la Libye à la Cour la situation politique et la sécurité étaient volatiles dans le pays, d'où l'incapacité de remettre le fils de Mouammar Kadhafi à la Haye.

Pour l'avocat de Saif Kadhafi les pays occidentaux, dont le Royaume Uni, la France et les Etats-Unis, manquent de volonté politique pour reprendre le fils de Kadhafi aux milices. Il a précisé que «si le Conseil de Sécurité de  avait adopté une résolution» sur le dossier la CPI aurait pu faire pression sur Tripoli. Or la résolution n'ayant pas été adoptée, Saif Al Islam Kadhafi reste toujours en prison en Libye.

Saif Kadhafi a obtenu un doctorat de la London School of Economics. Il a également réussi à nouer des rapports avec l’élite de la société britannique, y compris l’establishment politique. Saif n’a pas toujours respecté la ligne de son père. Il a critiqué les faiblesses de son régime et s’est fait l’avocat de relations plus étroites avec l’Occident. Maintenant, il est en prison.

Le destin des autres membres de la famille Kadhafi est plutôt incertain. La femme de l’ancien chef d’Etat, sa seule fille et deux autres fils ont disparu. D’après certaines informations, ils se cachent quelque part en Algérie ou à Oman.

Un autre fils, Saadi, serait lui aussi détenu en Libye, attendant son procès avec son frère Saif. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales