Deux premiers cas du virus de Marburg recensés au Ghana

Deux premiers cas du virus de Marburg recensés au Ghana© Christopher Black / OMS Source: AFP
Deux cas de la maladie à virus de Marburg – une fièvre hémorragique – ont été enregistrés au Ghana (Image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Deux cas de la maladie à virus de Marburg – une fièvre hémorragique – ont été enregistrés au Ghana, les tout premiers dans le pays, selon les autorités sanitaires. Les 98 personnes identifiées comme cas contacts sont actuellement en quarantaine.

Le Service de santé ghanéen (GHS) a fait savoir ce 18 juillet que les prélèvements sanguins de deux personnes réalisés dans la région d'Ashanti (sud) le 8 juillet dernier suggéraient une contamination par le virus de Marburg. Les échantillons avaient été envoyés à l'Institut Pasteur de Dakar (IDP) pour confirmation.

«Les tests supplémentaires effectués à l'IDP, au Sénégal, ont corroboré les résultats», a annoncé le Dr Patrick Kuma-Aboagye, directeur-général du GHS, dans un communiqué. «C'est la première fois que le Ghana confirme [la présence] du virus de Marburg», a-t-il précisé.

Près d'une centaine de cas contacts placés en quarantaine 

Les 98 personnes identifiées comme cas contact sont actuellement en quarantaine, ajoute le communiqué, précisant qu'aucun autre cas de Marburg n'a pour l'heure été détecté parmi elles. Les autorités sanitaires disent tout faire pour «protéger la santé de la population», appelant à la coopération «de tous» pour que le virus soit «contenu de manière efficace».

La maladie à virus de Marburg se transmet à l'homme par les chauves-souris frugivores et se propage dans l'espèce humaine par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, ou avec les surfaces et les matériaux, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L'OMS avait annoncé en septembre 2021 la fin du premier épisode du virus de Marburg en Afrique de l'Ouest, 42 jours après l'identification d'un cas unique en Guinée. Des flambées et des cas sporadiques avaient par le passé été signalés ailleurs en Afrique, notamment en Afrique du Sud, en Angola, au Kenya, en Ouganda et en République démocratique du Congo.

La maladie commence de façon soudaine, avec une forte fièvre, des céphalées intenses et un éventuel malaise. Les taux de létalité ont varié de 24% à 88% lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la gestion des cas, selon l'OMS.

Bien qu'il n'existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux approuvés pour traiter le virus, la réhydratation par voie orale ou intraveineuse et le traitement des symptômes spécifiques améliorent les taux de survie.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix