Crise énergétique : Maduro invite les entreprises françaises à venir extraire du pétrole et du gaz

- Avec AFP

Crise énergétique : Maduro invite les entreprises françaises à venir extraire du pétrole et du gaz© Service de presse de la présidence vénézuélienne/AFP
Le président vénézuélien Nicolas Maduro prononce un discours le 18 juin 2022 à l'aéroport Simon Bolivar, après avoir effectué une tournée internationale (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président vénézuélien souhaite que les acteurs économiques de l'Hexagone réinvestissent dans son pays, alors que la France, confrontée à la crise énergétique, cherche à diversifier ses approvisionnements.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a invité les entreprises hexagonales à venir dans son pays après que la France a plaidé, lors du sommet du G7, en faveur d’une «diversification des approvisionnements» vers l'Iran et le Venezuela, afin de freiner l'envolée des prix. «Président Macron ! Le Venezuela est prêt à accueillir toutes les entreprises françaises qui voudraient venir produire du pétrole et du gaz», a ainsi lancé le président vénézuélien à la télévision publique le 27 juin.

En marge du sommet du G7 à Elmau en Allemagne, le présidence française a en effet mis en avant le fait «qu'il y a des ressources ailleurs qu'il faut aller explorer aussi», en référence au pétrole produit par l'Iran et le Venezuela, deux pays soumis à des sanctions américaines. La France, qui a appelé l'ensemble des pays pétroliers à augmenter leur production de «manière exceptionnelle», estime désormais que «le pétrole vénézuélien doit pouvoir être remis sur le marché».

Une évolution française dans le sillage de Washington ?

Ces annonces interviennent parallèlement à l'arrivée d'une délégation américaine au Venezuela le 27 juin afin de discuter d'un «agenda bilatéral», qui vient prolonge les discussions entre Caracas et Washington amorcées en mars. Celles-ci traduisent une évolution de la part des Etats-Unis, qui considéraient jusqu’alors le Venezuela comme un paria.

Washington avait envoyé une délégation de haut niveau à Caracas début mars quelques jours après le déclenchement de l'offensive russe en l'Ukraine le 24 février, afin d'envisager un assouplissement des sanctions américaines sur le pétrole dans un contexte de forte hausse du prix du baril. La Maison Blanche avait confirmé la rencontre en se bornant à indiquer que les discussions avaient porté notamment sur «la sécurité énergétique» américaine, alors que le Venezuela exportait presque toute sa production vers les Etats-Unis avant la rupture entre les deux pays.

Après ces discussions, Caracas avait libéré deux Américains détenus au Venezuela. Washington a ensuite annoncé, en mai un assouplissement de certaines sanctions contre le Venezuela, dont une liée à la compagnie pétrolière Chevron, afin de promouvoir le dialogue entre le gouvernement de Nicolas Maduro et l'opposition : des représentants des deux parties se sont d'ailleurs réunis à Oslo les 22 et 23 juin 2022.

Les Etats-Unis et le Venezuela avaient rompu leurs relations diplomatiques en 2019 après la réélection de Nicolas Maduro en 2018 pour un second mandat lors d'un scrutin boycotté par l'opposition. Dans le but d'évincer le successeur d’Hugo Chavez du pouvoir, Washington avait reconnu le leader de l'opposition Juan Guaido comme président intérimaire et imposé une batterie de sanctions à Caracas. Parmi elles, un embargo en vigueur depuis avril 2019 empêche le Venezuela d'échanger son pétrole brut sur le marché américain, alors que cette ressource représentait alors 96% des revenus du pays. Nicolas Maduro avait reçu le soutien de la Russie pour pouvoir continuer à exporter du pétrole malgré ces mesures punitives.

Emboîtant le pas aux Etats-Unis, la France avait aussi reconnu Juan Guaido comme président intérimaire, suscitant la colère de Caracas. Le poids politique de Juan Guaido a cependant considérablement diminué depuis lors. Nicolas Maduro, exclu du Sommet des Amériques organisé par les Etats-Unis début juin, a effectué une tournée internationale du 7 au 18 juin et conclu plusieurs accords de coopération et d'échanges commerciaux, notamment avec la Turquie et l'Iran.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix