Dans le viseur de la justice moldave, l'ex-président Dodon accuse celle-ci d'être liée à Washington

Moldavie : l'ancien président Dodon s'adresse à la presse à la sortie du tribunal
Suivez RT France surTelegram

Un tribunal de Moldavie a assigné à résidence l'ex-chef d'Etat Igor Dodon, soupçonné de trahison et corruption. Celui-ci accuse le groupe des procureurs et enquêteurs en charge de cette affaire d'être «géré par l’ambassade des Etats-Unis».

«Le groupe de 53 procureurs, enquêteurs et autres spécialistes qui s’occupent de mon affaire est géré par l’ambassade des Etats-Unis avec le consentement du président Maia Sandu. Il s'agit d'une affaire politique visant à neutraliser l'opposition» : c'est en ces termes que l'ancien chef d’Etat moldave Igor Dodon a commenté la décision du tribunal du quartier de Ciocana à Chisinau de le placer sous résidence surveillée pour 30 jours, ce 26 mai. 

«[Il est] étrange d’entendre des accusations de trahison nationale de la part de ceux qui ont inondé les institutions publiques de conseillers étrangers. C’est étonnant que ceux qui appellent l’OTAN [à venir] ici, au mépris de la neutralité inscrite dans la Constitution, affirment que j’ai trahi la patrie», a également déclaré l'ex-chef d'Etat aux journalistes, après l’audience du tribunal. Enfin, il a accusé les enquêteurs de vouloir «neutraliser l'opposition» moldave.

Igor Dodon est ciblé dans le cadre d'une enquête pour «trahison d'Etat», «corruption passive», «financement d'un parti politique par une organisation criminelle» et «enrichissement illégal». Des perquisitions ont été menées dans une douzaine de lieux, des bureaux liés à l'ex-dirigeant, et à son domicile de Chisinau, la capitale de l'ex-république soviétique, selon l'AFP. D'après l'agence de presse française, «les enquêteurs soupçonnent M. Dodon d'avoir touché de l'argent en 2019 d'un allié politique et oligarque sulfureux, Vlad Plahotniuc, qui s'est exilé depuis et fait l'objet de sanctions américaines».

Le parquet demandait que la détention provisoire d'Igor Dodon se déroule dans un centre dédié, après son placement en garde à vue, le 24 mai. Le procureur Piotr Iarmaliouk a déclaré vouloir faire appel de la décision du 26 mai, affirmant avoir des preuves qu'Igor Dodon pouvait «influencer le cours de l'enquête» et que selon un billet de train trouvé à son domicile, «il avait l'intention de fuir le pays».

Cette affaire trouve un retentissement à l'étranger, les autorités russes ayant récemment tenu à faire savoir qu'elles s'assureraient que les droits de l'ex-président moldave seront respectés. «Nous ne voudrions pas que les autorités au pouvoir commencent à régler leurs comptes avec d'anciens concurrents politiques en profitant de la situation actuelle», a ainsi déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Andreï Roudenko.

Il est à noter que les relations entre la Russie et la Moldavie sont par ailleurs tendues actuellement autour de la situation en Transnistrie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix