Bamako estime que la France n'a plus de «base légale» pour opérer au Mali

- Avec AFP

Un soldat français de l'opération Barkhane parlant avec un militaire malien (image d'illustration du 4 avril 2022).© French Army via AP Source: AP
Un soldat français de l'opération Barkhane parlant avec un militaire malien (image d'illustration du 4 avril 2022).
Suivez RT France surTelegram

Le pouvoir malien a fait savoir que la force antidjihadiste française Barkhane n'avait plus de base légale pour opérer dans le pays, après la dénonciation par Bamako des accords de coopération militaire. L'UE regrette cette décision.

«A compter du 2 mai, l'accord qui concerne Barkhane et l'accord qui concerne Takuba cessent de produire leur effet vis-à-vis du Mali [...] et ça veut dire qu'à partir de cet instant il n'y a pas de base légale pour la France d'opérer sur le sol malien», a déclaré le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à la télévision nationale dans la soirée du 3 mai.

Après des mois d'animosité, les autorités maliennes dominées par les militaires arrivés au pouvoir par la force en août 2020 avaient annoncé la veille mettre fin au traité de coopération en matière de défense de 2014, ainsi qu'aux accords de 2013 et 2020 fixant le cadre juridique de la présence de Barkhane et du regroupement de forces spéciales européennes Takuba, initié par la France.

Abdoulaye Diop a redit le 3 mai au soir que la rupture du traité de 2014 prendrait effet dans six mois, mais que celle des accords sur Barkhane et Takuba s'appliquait immédiatement, comme le permettent selon lui les textes internationaux.

Le ministre a rappelé que Barkhane était déjà en train de se retirer du Mali, et a déclaré que la France pouvait continuer à organiser ce désengagement.

«Tout ce qui se fait dans le territoire d'un Etat souverain doit être discuté et convenu avec l'Etat qui est en place qui, de façon tout à fait responsable, veillera à ce que les choses se fassent en bon ordre mais se fassent aussi dans le temps que le gouvernement [malien] souhaite adéquat», a-t-il précisé.

Pour l'UE, la décision du pouvoir malien n'apaise pas la situation

Les autorités françaises ont jugé le 3 mai «injustifiée» la dénonciation des accords. Elles ont aussi contesté que ceux sur la présence de Barkhane et Takuba puissent entrer en vigueur dès à présent.

L'Union européenne a également jugé «regrettable» la décision de Bamako de dénoncer les accords de défense entre Bamako et Paris car elle ne favorise pas, selon elle, un climat apaisé et une coopération face au terrorisme, a déclaré le 4 mai le porte-parole du chef de la diplomatie Josep Borrell.

«Nous prenons acte de cette décision unilatérale. Elle est regrettable», a déclaré Peter Stano lors du point de presse quotidien.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix