Frappe meurtrière sur la gare de Kramatorsk : la défense russe pointe la responsabilité de l'Ukraine

Frappe meurtrière sur la gare de Kramatorsk : la défense russe pointe la responsabilité de l'Ukraine© Kramatorsk Source: AFP
Des voitures calcinées photographiées devant la gare de Kramatorsk, dans le Donbass sous contrôle ukrainien, après un bombardement le 8 avril 2022.
Suivez RT France surTelegram

La défense russe a détaillé ses accusations à l'égard de l'armée ukrainienne après le bombardement meurtrier de la gare de Kramatorsk, dans le Donbass. Kiev, à l'inverse, assure que Moscou est responsable de cette frappe.

Plusieurs dizaines de personnes sont mortes dans le bombardement de la gare de Kramatorsk dans le Donbass, dans la matinée du 8 avril.

Au cours de la journée, les autorités russes ont apporté des précisions quant aux informations qu'elles affirment avoir à leur disposition sur ce drame. Ainsi, le ministère russe de la Défense a déclaré en début de soirée : «Les forces armées ukrainiennes ont effectué une frappe avec un missile tactique Totchka-U contre la gare ferroviaire [...]. Les missiles tactiques Totchka-U dont les débris ont été retrouvés aux environs de la gare de Kramatorsk ne sont employés que par les forces armées ukrainiennes.»

Selon la même source, «l’analyse de l’impact ainsi que du positionnement de la partie arrière du missile Totchka-U confirment sans ambiguïté que le tir a été effectué depuis la direction sud-ouest de Kramatorsk.» Or, d'après des données des services de renseignement russes citées par le ministère, un bataillon ukrainien armé de systèmes de lancement de missiles Totchka-U se trouvait, au moment de la frappe, dans la zone de la localité de Dobropolié, à 45 kilomètres au sud-ouest de Kramatorsk. «La zone en question demeure sous le contrôle du groupement des troupes ukrainiennes [opérant] dans le Donbass», précise la défense russe.

De même, dans la journée du 8 avril, l’état-major de la défense territoriale de la République populaire autoproclamée de Donetsk (dont Moscou reconnaît l'indépendance) a pointé la responsabilité des forces armées ukrainiennes. D'après l'état-major, le système de missiles Totchka-U est «un système de missiles soviétique obsolète [qui] n’est pas en service dans la République populaire de Donetsk, dans la République populaire de Lougansk ou en Fédération de Russie.» «Il est activement utilisé par les militaires ukrainiens», affirme-t-il.

Kiev dénonce «un autre crime de guerre de la Russie»

Kramatorsk se trouve dans la partie du Donbass sous contrôle ukrainien. Selon l'AFP, le missile s'est abattu vers 10h30 (heure locale), alors que des candidats à l'évacuation de la région se regroupaient depuis des jours par centaines dans la gare.

Kiev a assuré que la responsabilité de ce drame revenait à la Russie. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ainsi dénoncé «un autre crime de guerre de la Russie pour lequel chacun parmi ceux impliqués sera tenu responsable». Selon le gouverneur de la région (dépendant des autorités ukrainiennes), Pavlo Kyrylenko, au moins 52 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées dans cette frappe qu'il attribue aux «troupes d'occupation russes». Selon lui, une centaine d'individus ont également été hospitalisés, notamment dans un hôpital militaire. Le directeur des chemins de fer ukrainiens Ukrzaliznytsia, Oleksandre Kamychine, a également dénoncé une «frappe délibérée».

Du côté des alliés de Kiev, le président américain Joe Biden a dénoncé une «nouvelle horrible atrocité commise par la Russie». Un haut responsable américain du ministère de la Défense, cité par l'AFP, a balayé les arguments des autorités russes au sujet de cette frappe, affirmant : «Je note qu'initialement ils ont fait état d'une frappe réussie, et qu'ils se sont rétractés uniquement après des informations sur des victimes civiles».

Décryptant ces versions officielles, un certain nombre de médias en France - comme Libération ou la rédaction de France info -  affirment que les armées ukrainienne et russe disposeraient toutes deux du type de missile en question.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix