Frappes russes sur une infrastructure abritant la maternité de Marioupol : les versions s'opposent

De la fumée s'élève après un raid aérien à Marioupol le 9 mars 2022 (image d'illustration).© Evgeniy Maloletka Source: AP
De la fumée s'élève après un raid aérien à Marioupol le 9 mars 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La destruction d'une maternité à Marioupol, qui a fait trois morts selon les autorités, a été qualifiée de crime de guerre par l'Ukraine. Selon Moscou, le bâtiment n'abritait plus aucun civil et servait de base à des groupes extrémistes ukrainiens.

Selon les autorités municipales de Marioupol, citées par l'AFP, un raid aérien sur des infrastructures abritant une maternité aurait causé la mort de trois personnes le 9 mars, dont un enfant. Toujours selon l'AFP, le bilan de la mairie fait par ailleurs état de 17 blessés. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de son côté condamné «un crime de guerre» et partagé des vidéos montrant la destruction de l'établissement en question. Côté russe, le bilan n'a pas été confirmé et la diplomatie assure que ce bâtiment ne servait plus de maternité, mais bien de base à des groupes de combattants extrémistes ukrainiens, comme l'affirmait Moscou depuis plusieurs jours.

Interrogé ce 10 mars en conférence de presse sur le bombardement, la veille, d'infrastructures abritant un hôpital pédiatrique et une maternité à Marioupol, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a commenté : «Cette maternité a depuis longtemps été prise par le bataillon Azov et d’autres [groupes] radicaux. Toutes les femmes enceintes en ont été expulsées, toutes les infirmières, tout le personnel de service en général.» Il a par ailleurs rappelé que Moscou avait rendu publique cette information plusieurs jours auparavant, en référence à une situation dénoncée par le représentant russe au Conseil de sécurité des Nations unies.

«Le sol de la ville [...] a tremblé à plus d'un kilomètre de distance lorsqu'une maternité a été touchée par une série d'explosions [lors] d'une frappe aérienne russe qui a soufflé des fenêtres et arraché une grande partie de la façade d'un bâtiment», a pour sa part relaté, quelques heures plus tôt, l'agence de presse américaine AP, qui dispose de reporters sur place.

Pour rappel, située dans le sud-est de l'Ukraine, la ville de Marioupol est le théâtre d'intenses combats entre d'une part l'armée russe au côté des forces que Kiev décrit comme des «séparatistes prorusses» ; et d'autre part, l'armée ukrainienne ainsi que des bataillons décrits par Moscou comme des «nationalistes ukrainiens».

Dans le cadre de ces combats, l'armée russe a annoncé à plusieurs reprises l'ouverture de couloirs humanitaires et l'instauration d'un cessez-le-feu pour évacuer les populations civiles. Mais ces initiatives se sont pour l'heure heurtées à des refus du côté des autorités ukrainiennes. «Ce n’est pas une option acceptable», avait par exemple réagi le 7 mars le Premier ministre ukrainien Iryna Verechtchouk. «[Ces civils] n’iront pas en Biélorussie pour ensuite prendre l’avion et aller en Russie», avait-elle alors ajouté. Kiev avait de son côté mis en place d'autres couloirs humanitaires, et les deux parties se sont mutuellement accusées d'avoir violé ces dispositifs. 

Le 7 mars, Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie à l'ONU avait ainsi annoncé que les forces armées ukrainiennes avaient «chassé le personnel de la première maternité de la ville de Marioupol et mis en place une base de tirs au sein de l'infrastructure». Il avait en particulier souligné l'influence «des combattants des bataillons nationalistes Azov et Aïdar», milices néo-nazies intégrées aux forces ukrainiennes.

Depuis le début de l'offensive militaire russe, présentée par Moscou comme une opération de démilitarisation de l'Ukraine et par Kiev et ses alliés comme une guerre d'invasion, la Russie accuse les forces ukrainiennes de se servir des civils comme boucliers humains. L'Ukraine affirme pour sa part que Moscou cible délibérément des zones résidentielles, malgré le fait que l'armée russe affirme viser exclusivement les infrastructures militaires.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix