Le patron de Pfizer qualifie de «criminels» ceux qui diffusent de la «désinformation» sur le Covid

Bourla Pfizer Covid vaccin© Drew Angerer Source: AFP
Albert Bourla, directeur général de la société pharmaceutique Pfizer, lors de la clôture à la Bourse, le 17 janvier 2019 à New York (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Venu à la télévision israélienne faire la promotion des vaccins contre le Covid – nécessaires une fois par an selon lui –, le PDG de Pfizer en a profité pour juger ceux qui diffusent de la «désinformation» comme responsables de «millions de morts».

Quelques jours après son passage sur BFM TV en France, le patron de Pfizer Albert Bourla a poursuivi sa tournée médiatique en Israël pour défendre les intérêts de son entreprise face à l'évolution de la pandémie de Covid-19.

Dans une série d'interviews accordées à plusieurs médias et citées par The Times of Israel le 22 janvier, le PDG de l'entreprise a attaqué frontalement «une infime minorité de personnes qui profitent de la diffusion de fausses informations». 

«Ils savent très bien tout ce qu'il y a à savoir, ils en font simplement un mode de vie en faisant circuler cette désinformation, ce sont des criminels» a ainsi soutenu Albert Bourla, assurant que les gens qui mouraient du Covid n'étaient «majoritairement pas vaccinés». «Des millions de personnes sont mortes à cause d'eux, de ce petit nombre de criminels», a-t-il insisté.

Le chef d'entreprise, qui a récemment reconnu que deux doses de son vaccin «offrent une protection très limitée» contre le variant Omicron, a par ailleurs réitéré que l'injection restait selon lui efficace pour empêcher les hospitalisations. Il a en outre de nouveau milité pour procéder à une injection par an, jugeant que c'était «plus facile de convaincre les gens de le faire» et estimant que du point de vue de la santé publique, il s'agissait d'«une solution idéale».

Albert Bourla a enfin rappelé que Pfizer travaillait sur un vaccin contre le variant Omicron, mais a prédit qu'il y aurait de toute façon «d'autres variants» : «Ce virus a tendance à créer de nouveaux variants [...] et à échapper à la protection immunitaire, [qu'il s'agisse] de vaccins ou de protections naturelles.» 

Une mauvaise nouvelle pour les opposants au très controversé pass vaccinal en France, puisque le ministre de la Santé Olivier Véran a fait savoir que cette mesure serait maintenue tant qu'il existerait des variants du Covid-19.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix