Australie : l'ambiance dystopique d'un camp de quarantaine décrite par un témoin (VIDEO)

Australie : l'ambiance dystopique d'un camp de quarantaine décrite par un témoin (VIDEO)© William WEST Source: AFP
Un contrôle par la police australienne qui veille au respect des mesures sanitaires (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Vidéo à l'appui, une Australienne a livré un témoignage troublant de sa quarantaine dans un camp, où elle serait restée enfermée 14 jours malgré un test négatif. Elle se fait notamment réprimander pour avoir franchi de quelques pas son balcon.

Hayley Hodgson, une jeune femme de 26 ans, a témoigné auprès du média Unherd News d’un séjour contraint qu’elle dit avoir subi 14 jours durant dans le centre de quarantaine australien de Howard Springs, où sont confinés des individus revenant de l'étranger, mais également des personnes ayant contracté le Covid-19 ou de simples cas contacts.

Dans une vidéo qu’elle a diffusée alors qu’elle était encore enfermée dans le camp, on peut ainsi voir deux agents l’apostropher alors qu’elle se trouve sur le balcon de la chambre où elle est confinée. Lui donnant un «avertissement », il est reproché à Hayley Hodgson de ne pas avoir porté son masque allant laver son linge, mais surtout d’avoir voulu converser avec une autre personne à quelques pas de sa chambre, au-delà de son balcon.

«Encore une fois, ça n’a pas à être sensé», lui a rétorqué un agent auprès duquel elle dénonçait l’absurdité des règles mises en place. Lui faisant remarquer d’ailleurs que son test Covid était négatif, elle s’est vu opposer un simple : «Le risque reste tout de même très élevé».

5 000 dollars d'amende en cas de récidive

Prévenue qu’en cas de récidive elle risquait d’écoper d’une amende de 5 000 dollars australiens, elle a développé plus longuement l'atmosphère dystopique qui règne dans le camp lors d'une interview. «Vous avez l'impression d'être en prison. Vous avez l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, c'est inhumain ce qu'ils font», a-t-elle ainsi confié à Unherd News le 2 décembre.

Elle a également dépeint le manque d'empathie des gardiens, qui ne se préoccuperaient que très peu des personnes en quarantaine : «Ces gens sont en combinaison de protection et tout. Ils ne veulent pas s'approcher de vous parce qu'ils pensent que vous êtes contagieux. Et ils vous déposent littéralement dans votre chambre. Et ils vous laissent. Ils ne viennent pas et ne disent rien, ils ne vérifient pas, ils ne font rien.»

Le centre de Howard Springs dans le Territoire du Nord de l'Australie, est l'un des camps dédiés à la quarantaine de personnes revenant au pays. D'après des informations de presse, il sert également depuis quelque temps à isoler des personnes contaminées ou simplement cas contacts – même présentant un test négatif, comme c'est le cas de Hayley Hodgson. Ainsi le 21 novembre, le site de la chaîne de télévision publique australienne ABC rapportait que «38 cas contacts [avaient] été identifiés et étaient transférés à Howard Springs». Le 1er décembre, le même média citait le ministre en chef du Territoire du Nord, Michael Gunner, qui déclarait que Howard Springs «n'était pas une prison, mais pas un terrain de jeux non plus». «Les gens sont là soit parce qu'ils sont positifs au Covid, soit parce qu'ils ont un fort risque d'être positif au Covid», expliquait-il également.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix