Frontière polono-biélorusse : deux journalistes de RT France arrêtés par la police polonaise

Frontière polono-biélorusse : deux journalistes de RT France arrêtés par la police polonaise© Oksana Manchuk/BelTA pool photo via AP
Postés à la frontière avec la Biélorussie, les forces polonaises empêchent les traversées de migrants (Image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les journalistes de RT France David Khalifa et Jordi Demory ont été arrêtés ce matin par les autorités polonaises alors qu'ils couvraient la crise migratoire à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, une zone sous haute tension.

Mise à jour : Arrêtés par la police polonaise alors qu'ils faisaient le point sur la situation depuis le village de Usnarz Gorny sur la situation migratoire, les journalistes de RT France David Khalifa et Jordy Demory ont finalement été relâchés

Ce 15 novembre au matin, deux journalistes de RT France ont été interpellés par la police polonaise alors qu'ils couvraient la crise migratoire à la frontière polono-biélorusse. Notre reporter David Khalifa faisait le point sur la situation depuis le village de Usnarz Gorny, en Pologne, à une centaine de mètres de la frontière, lorsqu'il a été interpellé avec un autre journaliste de RT France, Jordi Demory.

Ils nous ont demandé de quitter les lieux et de ne pas filmer

«On est en train de se faire verbaliser», expliquait le reporter de RT France en direct ce 15 novembre, précisant que les policiers polonais, «extrêmement tendus», avaient empêchés l'équipe de RT France de filmer. «A plusieurs reprises ils nous ont demandé de quitter les lieux et de ne pas filmer», notait encore David Khalifa. Les deux journalistes ont été emmenés dans un car pour rejoindre le poste de police de la ville de Sokolka, à une vingtaine de kilomètres de Usnarz Gorny.

Auteur: RT France

Le dernier message que nous avons reçu de notre reporter était : «menottes».

«Le droit de la presse doit s'exercer partout, y compris dans les zones dites interdites»

Jointe par RT France, Ursula Szomko, de la police de Sokolka, a expliqué qu'ils avaient été arrêtés pour s'être rendus dans une zone interdite, ce qui est «illégal». Elle a ajouté que personne, journaliste ou non, ne pouvait se rendre dans cette zone où se joue en ce moment un bras de fer entre les autorités polonaises et biélorusses.

Comme le rappelle pourtant Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ) interrogée ce 15 novembre sur RT France, «le droit de la presse doit s'exercer partout, y compris dans les zones dites interdites». Elle ajoute : «C'est notre mission de journalistes d'aller là où les événements se produisent pour en informer les citoyens. C'est le droit d'informer et d'être informé.»

Dominique Pradalié a ensuite déploré la tentative des autorités polonaises d'empêcher la présence de tous «témoins» à la frontière, appelant à la libération de l'équipe de journalistes.

Lui aussi interrogé par RT France, le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, Ricardo Gutiérrez, a dénoncé un «acte de censure» de la part du gouvernement polonais et une «violation évidente des standards européens en matière de liberté de la presse».

Il a par ailleurs souligné que «plusieurs incidents» avaient été enregistrés dans cette zone.

Quelques jours plus tôt, un journaliste de la chaîne belge VTM, Robin Ramaekers, avait lui aussi été interpellé alors qu'il souhaitait rentrer dans la zone-tampon du côté polonais de la frontière. Lui et ses collaborateurs avaient du payer une amende de 150 euros par personne pour avoir voulu pénétrer dans cette zone dont Varsovie interdit l'accès.

Correspondante pour Arte, Ulrike Dässler a elle aussi rapporté que son équipe avait été arrêtée lorsqu'elle avait tenté de se rendre dans cette zone. La caméra et le téléphone portable des journalistes ont été confisqués par les autorités. «Nous avons passé 24 heures en cellule d'isolement», précise-t-elle, dénonçant des «méthodes d'intimidation pour que plus aucun journaliste ne mette les pieds dans la zone frontalière».

En raison de l'état d'urgence décrété par les autorités polonaises, les associations ne peuvent elles non plus pas se rendre dans cette zone pour porter secours aux réfugiés, comme le déplorait récemment Michal Gawel, directeur de l'ONG Dialog.

La crise migratoire vire à l'affrontement diplomatique

Des milliers de migrants sont actuellement installés dans des camps de fortune dans l'espoir de rejoindre l'Union européenne (UE) à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Ce 15 novembre, un important groupe de migrants s'est approché du checkpoint de Bruzgi, en Biélorussie, comme l'a constaté un correspondant de RT sur place. Du côté polonais de la frontière, les forces de sécurité sont postées avec des canons à eau pour empêcher le passage.

Auteur: RT France

La crise vire par ailleurs à la confrontation diplomatique entre les autorités polonaises, relayées notamment par l'UE, qui accusent Minsk d'«instrumentaliser» cette crise, ce que démentent les autorités biélorusses. Ces dernières pointent elles aussi du doigt une instrumentalisation par Varsovie, «prétexte» à de nouvelles sanctions.

De leur côté, les ONG alertent sur la situation humanitaire, notamment à cause des températures glaciales sur place, alors que des barrages de policiers et de militaires sont présents de part et d'autre de la frontière.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix