Vaccin Johnson & Johnson : l'agence européenne EMA recommande l'ajout d'un effet secondaire

- Avec Reuters

Vaccin Johnson & Johnson : l'agence européenne EMA recommande l'ajout d'un effet secondaire© Dado Ruvic Source: Reuters
L'EMA a constaté un nouvel effet secondaire pour le vaccin J&J (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Agence européenne des médicaments a préconisé l'ajout d'un type rare d'inflammation de la moelle épinière, la myélite transverse, à la liste des effets secondaires du vaccin contre le Covid-19 développé par Johnson & Johnson.

Le 11 novembre, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a suggéré l'ajout d'un effet secondaire pour le vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson (J&J).

Un représentant du laboratoire américain a annoncé que la notice des effets secondaires du vaccin serait de fait actualisée pour inclure le risque de myélite transverse, un type rare d'atteinte neurologique, par l'inflammation de la moelle épinière.

L'autorité a évalué par ailleurs des cas du syndrome de fuite capillaire («capillary leak syndrome», CLS) signalés après l'administration du vaccin contre le Covid-19 mis au point par Moderna, dans le cadre de l'actualisation de ses recommandations sur la sécurité des vaccins.

L'EMA dit avoir été informée de huit cas de CLS mais elle ignore pour le moment s'il existe un lien de causalité entre ces cas et l'injection des vaccins.

Le syndrome de fuite capillaire est une affection très rare et grave qui provoque une fuite de liquide à partir de petits vaisseaux sanguins (capillaires), entraînant un gonflement principalement dans les bras et les jambes, une hypotension, un épaississement du sang et un faible taux d'albumine (une protéine sanguine importante), explique l'EMA.

Les données sur cette pathologie ont également été examinées après l'administration des vaccins d'AstraZeneca et de J&J.

L'EMA a en outre déclaré qu'il n'y avait actuellement pas suffisamment de preuves d'un lien possible entre de rares cas de syndrome inflammatoire multi-systémique («multisystem inflammatory syndrome», MIS) et les vaccins dits à ARN messager, ceux de Pfizer et de Moderna.

Le MIS est une maladie grave mais rare provoquant une inflammation de différentes parties du corps comme le cœur, les poumons, les reins, le cerveau, la peau, les yeux ou les organes gastro-intestinaux. J&J et Moderna n'avaient pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires de Reuters.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix