Sepp Blatter accuse Platini, l'Angleterre et les Etats-Unis d'avoir fomenté la crise de la FIFA

Sepp Blatter accuse Platini, l'Angleterre et les Etats-Unis d'avoir fomenté la crise de la FIFA© Reuters Source: Reuters
Sepp Blatter.
Suivez RT France surTelegram

L'ex-président mis à l'écart de l'instance dirigeante du football mondial a accusé Michel Platini, l'Angleterre et les Etats-Unis d'avoir créé, puis attisé le scandale de corruption qui a entâché la réputation de la FIFA.

«Au début, c'était seulement Platini contre moi, c'était un conflit personnel, mais ensuite, plus du tout», a indiqué l'ancien président écarté de la FIFA aux agences TASS (russe) et AFP (France).  

«Après cela, c'est devenu aussi l'affaire de ceux qui avaient perdu l'organisation des coupes du Monde 2018 et 2022 – l'Angleterre contre la Russie et les Etats-Unis contre le Qatar», a poursuivi Sepp Blatter, ajoutant que de fil en aiguille, il était devenu «un pion sur un échiquier politique».

L'UEFA «lâche» les Etats-Unis, Platini «retourne sa veste»

Pour le Suisse, lors du vote de 2010, la décision avait été prise d'aller en Russie en 2018 et aux Etats-Unis en 2022, pour ainsi «permettre aux deux grandes puissances d'organiser l'événement».

Mais tout aurait changé après «cette réunion entre Sarkozy et le prince du Qatar [Tamim ben Hamad al Thani] qui dirige actuellement l'émirat», réunion suivie d'un déjeuner entre les deux dirigeants et... Michel Platini que Sepp Blatter accuse d'avoir ensuite «retourné sa veste».

Après cela, «lors du vote à bulletin secret [pour désigner le pays hôte du Mondial-2022], quatre voix européennes ont lâché les Etats-Unis et le résultat a été de 14 à 8 [pour le Qatar]», a poursuivi Sepp Blatter.

Si ces quatre voix n'avaient pas basculé, «cela aurait été 12 à 10 pour les Etats-Unis. Et si les Etats-Unis avaient reçu ce Mondial, nous ne parlerions aujourd'hui que de cette merveilleuse Coupe du monde 2018 en Russie, et nous ne parlerions d'aucun problème à la FIFA».

Platini à l'origine de tous les maux ?

Pour le président déchu de la FIFA, c'est, de fait, l'ancien international français Michel Platini, suspendu de la présidence de l'UEFA (Association européenne de football) et figurant depuis mercredi parmi les sept candidats à l'élection du 26 Février – qui élira le prochain président de la FIFA – qui serait la véritable cause de tous les scandales récents qui ont sérieusement détérioré l'image du football mondial.

Selon lui, Platini voulait «vraiment prendre le poste» de président de la FIFA, mais n'aurait «pas eu le courage de se mettre en avant». 

Et maintenant nous en sommes là! Et la victime de tout ça, finalement, c'est Platini

«L'UEFA ne voulait pas de moi comme président [de la FIFA] [...] Mais ils n'ont pas réussi (...) j'ai été réélu», s'est félicité le Suisse en ironisant sur Michel Platini et en accusant la Confédération européenne d'être victime d'un «virus anti-FIFA» depuis des années.

Michel Platini et Sepp Blatter sont actuellement tous les deux suspendus de leurs fonctions des instances dirigeantes du football pour une durée de 90 jours, suite un versement douteux de 2 millions d'euros que le président de l'UEFA aurait reçu de celui de la FIFA en 2011.

En savoir plus : Sepp Blatter fera appel de la décision de la FIFA, selon ses avocats

Sepp Blatter est également poursuivi dans des affaires de corruption en lien avec de possibles «ventes» du droit d'organiser des Coupes du monde et de droits de retransmissions télévisées de ces dernières.  

En savoir plus : Sepp Blatter pourrait être provisoirement suspendu de la FIFA

Le temps de sa suspension, Michel Platini ne peut pas prendre part à la campagne pour l'élection du nouveau président de la FIFA, dont il figurait pourtant parmi les grands favoris.

Parmi les autre candidats au poste de président de la FIFA figurent le prince Ali Ben Al Hussein, le président de la fédération libérienne de football Musa Bility, le diplomate français Jérôme Champagne, le numéro 2 de l'UEFA Gianni Infantino, le cheikh Salman ben Ebrahim Al-Khalifa et l'homme politique sud-africain Tokyo Sexwale. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix