L'explosion d'un dépôt de carburant en Sierra Leone fait 98 morts (VIDEO)

- Avec AFP

L'explosion d'un dépôt de carburant en Sierra Leone fait 98 morts (VIDEO)© ASSOCIATED PRESS Source: AP
L'explosion du 5 novembre au soir à Freetown.
Suivez RT France surTelegram

Au moins 98 personnes ont été tuées dans l'explosion d'un dépôt de carburant dans la zone industrielle de Freetown, la capitale de la Sierra Leone, en Afrique de l'Ouest, selon un bilan officiel.

Quatre-vingt-dix-huit morts ont été recensés par un dernier bilan officiel après l'explosion, le 5 novembre au soir, d'un dépôt de carburant à Freetown, la capitale de la Sierra Leone.

Selon des témoins, le drame a été provoqué par un camion-citerne qui a explosé dans une station-service à la suite d'un accident. Le feu s'est ensuite propagé dans le quartier.

La majorité des victimes sont des vendeurs ambulants et des motocyclistes qui ont été piégés par les flammes en tentant de récupérer le carburant s'échappant du camion-citerne, a raconté à l'AFP un témoin et secouriste volontaire, Jusu Jacka Yorma.

«Nous avons reçu un rapport de la morgue de Connaught et d'autres hôpitaux de Freetown indiquant que le nombre de morts est de 92», a affirmé le vice-président sierra-léonais, Mohamed Juldeh Jalloh, qui s'est rendu sur place, le 6 novembre au matin.

«88 personnes gravement brûlées se trouvent à l'unité de soins intensifs de l'hôpital Connaught de Freetown», a-t-il ajouté, précisant que tous les survivants seront gratuitement pris en charge.

Un peu plus tôt, un secouriste de la Croix-Rouge et des sources hospitalières avaient fait état d'un bilan provisoire d'au moins 80 morts.

Un infirmier d'un hôpital où les victimes ont été évacuées a confirmé à l'AFP avoir reçu beaucoup de femmes, hommes et enfants avec «de graves blessures».

Plusieurs corps calcinés ont été découverts dans des carcasses de voitures encore fumantes au milieu des cendres, ainsi que dans les rues adjacentes.

Le 6 novembre au matin, alors que les opérations de secours se poursuivaient sous la supervision des forces de l'ordre, de nombreux habitants se sont précipités sur le lieu du drame à la recherche de proches, a constaté un correspondant de l'AFP.

Auteur: RT France

Un président «bouleversé», la maire évoque des «images déchirantes»

Dans un message posté le 6 novembre sur Twitter, le président Julius Maada Bio s'est dit «profondément bouleversé par l'incendie tragique et les horribles pertes en vies humaines».

«Je tiens à exprimer ma profonde sympathie aux familles qui ont perdu des êtres chers et à ceux qui ont été mutilés», a-t-il poursuivi, assurant que son gouvernement «fera tout pour soutenir les familles touchées».

De son côté, la maire de Freetown, Yvonne Aki-Sawyerr, a déclaré dans un communiqué publié sur Facebook être «profondément attristée». «Les vidéo et photos qui circulent sur les réseaux sociaux sont déchirantes», a-t-elle souligné, regrettant de ne pouvoir se rendre sur place car elle était en déplacement à l'étranger.

La Sierra Leone (7,5 millions d'habitants), ancienne colonie britannique, est un des pays les plus pauvres de la planète malgré un sol regorgeant de diamants.

Son économie, gangrenée par la corruption, a été dévastée par une guerre civile (1991-2002) qui a engendré quelque 120 000 morts. Elle reste également fragile après l'épidémie d'Ebola (2014-2016), la chute des cours mondiaux des matières premières et l'apparition l'année dernière du coronavirus.

Des accidents de ce genre sont courants en Afrique. En juillet au Kenya, 13 personnes ont été tuées et d'autres gravement brûlées lorsqu'une «énorme boule de feu» a englouti des personnes qui siphonnaient le carburant d'un camion-citerne renversé qui a pris feu.

En 2019, une centaine de personnes ont été tuées dans une tragédie similaire lorsqu'un autre camion-citerne a explosé en Tanzanie, et en 2015, plus de 200 personnes ont péri dans un accident du même genre au Soudan du Sud.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix