Italie : nouvelles manifestations contre le green pass après les violences du 9 octobre (VIDEOS)

Italie : nouvelles manifestations contre le green pass après les violences du 9 octobre (VIDEOS)© REMO CASILLI Source: Reuters
Manifestations à Rome contre le pass sanitaire le 9 octobre
Suivez RT France surTelegram

De nouvelles manifestations, pacifiques cette fois, ont eu lieu le 11 octobre contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire. Deux jours plus tôt, Rome avait été le théâtre de violents affrontements en marge d'une autre manifestation.

Le 11 octobre, de nouvelles manifestations contre le green pass (pass sanitaire) et l'obligation vaccinale se sont tenues en Italie. A Rome, des centaines de grévistes ont défilé à l'appel des syndicats contre l'extension de cette mesure à tous les lieux de travail, prévue le 15 octobre. Les manifestants redoutent en effet que cette politique se traduise par de nombreuses suspensions de postes.

C'est plus généralement la gestion de la crise sanitaire par les autorités qui était pointée du doigt par les manifestants. «Ils n'ont pas ouvert une seule unité de soins intensifs, ils n'ont pas ouvert un seul hôpital et en ont fermé des centaines ces dernières années», a ainsi déploré l'un d'entre eux, interrogé par Ruptly.

Auteur: RT France

Dans la ville de Trieste également, des manifestants se sont rassemblés, assimilant le «green pass» à une forme de «discrimination».

Des étudiants de Padoue et de Venise ont également battu le pavé pour protester contre l'obligation du pass sanitaire pour accéder aux universités.

La classe politique condamne les violences de la précédente manifestation

Ces nouveaux rassemblements se sont déroulés pacifiquement, quelques jours après les scènes de chaos observées lors des protestations du 9 octobre à Rome, à propos desquelles la classe politique italienne a exprimé sa désapprobation. De nombreux responsables politiques ont également condamné le mouvement Forza Nuova qualifié de «néofasciste» après le saccage par certains de ses militants du siège de la CGIL (Confédération générale italienne du travail), principale confédération syndicale du pays située à gauche.

Matteo Renzi, ancien président du Conseil italien (centre-gauche) a fustigé «une agression contre le pays» et la Constitution après ces violences. 

Même son de cloche au centre-droit de l'échiquier politique. Silvio Berlusconi a exprimé sa solidarité avec le syndicat : «J'ai téléphoné au secrétaire général de la CGIL, Maurizio Landini, pour lui faire part, ainsi qu'à tout le syndicat, de ma sympathie et ma solidarité pour les violences inacceptables qui n'ont rien à voir avec la politique et la démocratie.»

Matteo Salvini, le leader de la Ligue, a également fait part de son soutien : «Solidarité avec la CGIL pour l'attaque subie, je suis proche des travailleurs qui défendent, pacifiquement, leurs droits et libertés.»

Le député et économiste Claudio Borghi, figure de proue de la Ligue contre le pass sanitaire, a également lancé un avertissement aux manifestants au sujet de Forza Nuova : «Chères familles qui manifestez légitimement contre le green pass ; la prochaine fois que vous voyez quelqu'un de Forza Nuova s'agréger à vous, chassez-le, par tous les moyens. Ils ne sont pas avec vous, ils sont là pour anéantir la légitimité de toute protestation.»

Le président du Conseil Mario Draghi s'est, quant à lui, rendu au siège de la CGIL, sous les applaudissements. Il a promis que le gouvernement allait se pencher sur la question «de la dissolution des forces néofascistes». «Les syndicats pour protéger la démocratie et les droits des travailleurs ; aucune tolérance contre l'intimidation et la violence», a tweeté le compte officiel du Palais Chigi, siège de la présidence du Conseil italien. Un communiqué a par ailleurs été publié sur le site de cette dernière, promouvant l'action du gouvernement en matière de vaccination contre le Covid-19. A ce titre, Mario Draghi n'avait pas fait mystère de sa volonté de la rendre obligatoire dès que possible.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»