La CEDH juge «irrecevables» 18 000 requêtes contre le pass sanitaire en France

- Avec AFP

La CEDH juge «irrecevables» 18 000 requêtes contre le pass sanitaire en France© JOEL SAGET Source: AFP
(image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

La Cour européenne des droits de l'homme a estimé que 18 000 requêtes émises depuis la France pour s'opposer à l'instauration du pass sanitaire étaient «irrecevables».

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a déclaré à l'unanimité le 7 octobre «irrecevables» la requête contre le pass sanitaire déposée par un professeur de droit et les 18 000 «requêtes standardisées» qui l'accompagnaient.

Guillaume Zambrano, maître de conférences en droit privé à l'université de Montpellier, s'était opposé au pass sanitaire et avait créé un mouvement pour lutter contre son instauration. Sur son site internet, il proposait de compléter un formulaire pré-rempli pour multiplier les saisines de la CEDH.

Des requêtes ayant pour but de «paralyser» le «fonctionnement» de la Cour, selon a CEDH

Selon la CEDH, son objectif était de provoquer «l'embouteillage, l'engorgement, l'inondation» de la Cour, de «paralyser son fonctionnement» et «de forcer [sa] porte d'entrée» pour «faire dérailler le système». Dans un communiqué, la Cour a souligné que la requête de Guillaume Zambrano était irrecevable en raison du «non-épuisement des voies de recours internes», condition sine qua non de sa saisine, et du «caractère abusif de celle-ci».

Les 18 000 requêtes standardisées «ne remplissent pas» non plus les dispositions du règlement de la CEDH relatives aux requêtes individuelles et «ne peuvent donc pas être examinées», poursuit-elle. Les juges européens ont également déploré que la démarche de Guillaume Zambrano vise «à nuire au mécanisme de la Convention» européenne des droits de l'homme et «au fonctionnement» de la Cour.

La Cour a par ailleurs annoncé le 7 octobre qu'elle avait invité le gouvernement français «à lui soumettre ses observations» sur la requête d'un pompier qui conteste au fond l'obligation vaccinale imposée à certaines professions dont la sienne. Selon la CEDH, 712 autres personnes ont exprimé leur intention de déposer une requête portant sur «la même problématique».

A l'issue d'une procédure d'urgence, la CEDH avait rejeté le 25 août la demande de ces mêmes requérants qui lui demandaient déjà de «suspendre l'obligation vaccinale» prévue par la loi du 5 août 2021 pour les soignants et les pompiers.

La CEDH est l'organe judiciaire qui veille au respect de la Convention européenne des droits de l'homme, signée par 47 Etats réunis au sein du Conseil de l'Europe.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»