Algérie : un homme appelant à «rayer la Kabylie de la carte» condamné à huit mois de prison ferme

Algérie : un homme appelant à «rayer la Kabylie de la carte» condamné à huit mois de prison ferme© FAROUK BATICHE Source: AFP
Une photo prise le 16 janvier 2015 montre le village d'Ait Sellane, près de la zone boisée connue sous le nom de Tabounecht Abu Youssef, dans la wilaya (département) de Tizi-Ouzou (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'auteur d'une vidéo appelant à anéantir la Kabylie a été condamné en Algérie à de la prison ferme et 100 000 DA d’amende. Une nouvelle législation algérienne avait durci l'arsenal pénal en matière d'incitation à la haine en avril 2020.

Un homme à l’origine d’une vidéo appelant à «rayer la Kabylie de la carte» a été condamné, ce 13 septembre, par le tribunal correctionnel d’Annaba (à l'est de l'Algérie) à une peine de huit mois de prison ferme et 100 000 dinars (environ 622 euros) d’amende. Citant le président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH) d’Annaba, Adel Messaoudi, le site d’information TSA rapporte que le prévenu a été reconnu coupable d’«incitation à la haine».

La vidéo de l'individu dénommé Rayfa faisait suite au lynchage à mort du jeune Djamel Bensmail, le 11 août à Larbaâ Nath Irathen, dans la région de Kabylie, en Algérie. Rayfa avait alors posté une vidéo dans laquelle il a notamment appelé à «rayer la Kabylie de la carte».

Djamel Bensmaïl, originaire de Miliana à 120 kilomètres au sud-ouest d'Alger, s'était rendu en Kabylie pour porter secours alors que la région faisait face depuis trois jours à d’immenses incendies. Il s'était retrouvé la cible d'une fausse accusation lui attribuant des actes de pyromanie. Des dizaines de personnes l'avaient extrait de force du fourgon de police qui l'emmenait au commissariat de Larbaa Nath Iraten, où son corps a été retrouvé mutilé et brûlé après un lynchage. Sa mort a profondément choqué le pays. Soixante-et-un suspects ont été arrêtés au cours de l'enquête sur ce meurtre.

L'incitation à la haine a quant à elle fait l'objet d'une nouvelle législation en Algérie, le 29 avril 2020. Comme le rappel le quotidien El Watan, 47 nouveaux articles ont doté l'arsenal pénal de peines variant selon la gravité des cas et les personnes ciblées. Ainsi, le discours de haine comme celui porté par Rayfa est passible d’un emprisonnement de 1 an à 3 ans et d’une amende de 100 000 DA à 300 000 DA. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»